Arbrealettres

Poésie

Cendres d’or (Dominique Maurizi)

Posted by arbrealettres sur 22 juin 2016



Cendres d’or

J’ai dans ma tête la caravane et
les pièces d’argent,
j’ai sur mon front le coquelicot et
l’or du sable.

Mais ma peine si rude m’a fait perdre l’esprit.
Comment donc avancer, comment donc tout descendre ?

Rachète, écris !, murmure la voix. Il faut, il faut
que je m’y attelle. Avec la table, le lit. La nuit.
C’est être libre, me dit-elle, que d’être là avec ardeur.
Avec ardeur et — abandon de soi. Rappelle-le moi !

Serre,
serre tes feuilles près de
toi, serre tes fleurs, cours dans
la lumière, et
prie afin de vivre, d’aimer.

(Dominique Maurizi)

Découvert ici: http://revuedepoesie.blog.lemonde.fr/

Illustration

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :