Arbrealettres

Poésie

Ce qui crie (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 26 juin 2016



Ce qui crie dans l’espace transparent du gel,
dans cette nuit de verre épais qui tient captifs
les arbres et les rocs, les ossements de sel
et les bêtes couchées qui tremblent sous les ifs,

ce qui crie par-delà l’éponge des soupentes,
l’ordre des tuiles, l’humble raison des murs
n’est pas la mort feutrée glissant à la fissure,
collant sa bouche aux bouches des démentes,

mais, déchire, le bel oiseau nocturne,
en ses jardins, livrant au froid désert
son coeur violent sous la poignée de plumes.

Et c’est la vie qui veille quand tout meurt puisque je veille
et que je sais l’entendre,
les mains croisées sur ma gorge poreuse
qui lentement s’irrigue de son cri.

(Jean Joubert)

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :