Arbrealettres

Poésie

Les autres mettent des semaines et des mois (Albert Cohen)

Posted by arbrealettres sur 30 juin 2016



Les autres mettent des semaines et des mois
pour arriver à aimer, et à aimer peu,
et il leur faut des entretiens
et des goûts communs
et des cristallisations.

moi, ce fut le temps
d’un battement de paupières.

Dites-moi fou, mais croyez-moi.
Un battement de ses paupières,

et elle me regarda sans me voir,
et ce fut la gloire et le printemps
et le soleil et la mer tiède
et sa transparence près du rivage
et ma jeunesse revenue,

et le monde était né.

(Albert Cohen)

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :