Arbrealettres

Poésie

Je suis à ma fenêtre (Liu Yong)

Posted by arbrealettres sur 3 juillet 2016



Je suis à ma fenêtre, oisive, depuis une éternité.
Sous la lune froide, le givre tombe.
Silencieusement, je baisse le store :
La lampe ne jette plus qu’une faible lueur.
Je n’en finis pas de poursuivre le passé,
L’âme égarée d’absence,
Le coeur broyé de peine.
Je reste assise à fredonner des airs sans paroles.
Les beaux jours peuvent bien revenir,
Mon front ne saurait plus se dérider.

Trop tôt et trop souvent j’ai été blessée.
Au fil des mois et des années,
Que d’abandons, que de ruptures !
Ah ! si nous pouvions nous revoir
Et de nouveau recommencer,
Comme par le passé !
Mais à quoi bon regretter, mon mal est sans remède.
La beauté de la nuit est hors d’atteinte
Pour moi qui ne suis plus que cendres.

(Liu Yong)


Illustration: Francine Van Hove

6 Réponses to “Je suis à ma fenêtre (Liu Yong)”

  1. moi qui ne suis plus que cendres (dame avec les 4 pq de cigarettes que je brule par jour..) joli a retenir..

  2. ecoute fiston, je l’ai mis (avec ton lien dans mon blog ipernity) si ca te derange dis le mot je le supprimerais … bisessssss

  3. Besnard Jean-Baptiste said

    Est-ce que tout peut renaître de ses cendres ? L’amour ? Une maison Phénix ?

    La nuit brûle
    Jusqu’à n’être plus
    Qu’un tas de cendres
    D’où naît le jour.

    I et V Août 1951

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :