Arbrealettres

Poésie

CÉPHALÉE VESPÉRALE (Yannis Ritsos)

Posted by arbrealettres sur 15 juillet 2016



CÉPHALÉE VESPÉRALE

L’un disparut au tournant. Ces trois-là dormaient.
La femme sur le banc, avec un parapluie.
Il ne pleuvait pas. Les autres faisaient l’amour
derrière l’enclos. Chaque jour, la nuit tombait.
Les ossements, on les enveloppait dans des drapeaux.
Que portez-vous là? demandions-nous. Eux ne disaient rien.
Ils grimpaient sur la colline. Ils ne se retournaient pas.
Les ossements. Les drapeaux. Un lézard sur la pierre.
Ce n’est rien, te dis-je. Ça m’a déjà passé.
Comme cette robe jaune te sied à merveille,
surtout quand tu mets une ceinture dorée.

(Yannis Ritsos)

Illustration

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :