Arbrealettres

Poésie

En files noires (Chang Wou Kien)

Posted by arbrealettres sur 16 juillet 2016



 

hiroshize - vol d'oies sauvages par nuit de lune sur la baie de takanawa [1280x768]

En files noires,
des oies sauvages traversent le ciel.
On voit, dans les arbres,
des nids abandonnés.
Les montagnes semblent plus lourdes.

J’ai trouvé près de ma fontaine,
la flûte de jade
que tu avais perdue, cet été.
L’herbe haute l’avait soustraite à nos recherches.

Mais l’herbe est morte,
et la flûte brillait au soleil, ce soir.
J’ai pensé à notre amour,
qui est resté si longtemps
enseveli sous nos scrupules.

(Chang Wou Kien)

Illustration: Hiroshige

 

2 Réponses to “En files noires (Chang Wou Kien)”

  1. Lara said

    La musique de l’amour enfouie mais pas perdue ..Belle image ..
    Une image similaire dans cet autre poème de ce poète chinois (1879-1931):

    « Tu as laissé tomber dans la poussière
    la tulipe rouge que je t’avais donnée.
    Je l’ai ramassée.
    Elle était devenue blanche.
    En ce bref instant, il avait neigé sur notre amour. »

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :