Arbrealettres

Poésie

L’Etoile de Vénus (V) (José-Maria de Heredia)

Posted by arbrealettres sur 16 juillet 2016



Il était nuit; au loin une voix affaiblie
Avec le vent de mer soupirait mollement
Une chanson d’amour d’un maître d’Italie
Et la lune voilée éclairait doucement.

Un murmure, un soupir, un long frémissement,
S’unissaient aux parfums de la brise attiédie,
Et j’entendais monter avec la mélodie
De deux tremblantes voix le doux chuchotement.

Et je marchais, pensif, retenant mon haleine,
Quand je crus voir glisser en effleurant à peine
La terre, une ombre pâle avec un voile noir.

Est-ce vous, est-ce vous qui, du ciel descendues,
Voltigez devant moi dans les ombres du soir,
De mes jeunes amours, Illusions perdues?

(José-Maria de Heredia)

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :