Arbrealettres

Poésie

Archive for 20 juillet 2016

Je voudrais être loin de moi (Pierre Reverdy)

Posted by arbrealettres sur 20 juillet 2016


2222447497_13

Je voudrais être loin de moi
Je suis trop près
Je me rapproche.

(Pierre Reverdy)

Posted in poésie | Tagué: , , , , | 2 Comments »

Tout s’était mis à clignoter (Pierre Reverdy)

Posted by arbrealettres sur 20 juillet 2016


pleiades


L’ombre danse,
la nuit glisse,
tout s’était mis à clignoter
Sans qu’on puisse s’expliquer comment.

(Pierre Reverdy)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

LONGUE PORTEE (Pierre Reverdy)

Posted by arbrealettres sur 20 juillet 2016



 

Ernest Pignon-Ernest  extases gn

LONGUE PORTEE

POISSONS dorés surpris dans les mailles du vent
Catapultes de la lumière
Regains de soif lancés dans tous les coins
Détentes révolues des appétits déteints
Tout se mêle dans les remous des ondes prisonnières
La poitrine résonne comme un sol creux
Il y a des ombres sur le buvard de tes joues
Et des claquements de porcelaine bleue
Par-dessus tous les toits aux lames de violettes
Un rouge de valeur plus dense sans écho
Un sang plus étendu au flanc de la colline
Des oiseaux migrateurs sans orientation
Et tous ces hommes morts sans rime ni raison
Tant de coeurs desséchés
Sans plomb
Comme des feuilles

(Pierre Reverdy)

Illustration: Ernest Pignon-Ernest

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les Poètes (Pierre Reverdy)

Posted by arbrealettres sur 20 juillet 2016




Sa tête s’abritait craintivement sous l’abat-jour de la lampe.
Il est vert et ses yeux sont rouges.
Il y a un musicien qui ne bouge pas.
Il dort; ses mains coupées jouent du violon
pour lui faire oublier sa misère.

Un escalier qui ne conduit nulle part
grimpe autour de la maison.
Il n’y a, d’ailleurs, ni portes ni fenêtres.
On voit sur le toit s’agiter des ombres
qui se précipitent dans le vide.
Elles tombent une à une et ne se tuent pas.
Vite par l’escalier elles remontent et recommencent,
éternellement charmées par le musicien qui joue toujours du violon
avec ses mains qui ne l’écoutent pas.

(Pierre Reverdy)

Illustration: Marc Chagall

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Au fond du couloir les portes s’ouvriront (Pierre Reverdy)

Posted by arbrealettres sur 20 juillet 2016



 

Julie Heffernan _1_ [1280x768]

Au fond du couloir les portes s’ouvriront
Une surprise attend ceux qui passent
Quelques amis vont se trouver là
Il y a une lampe qu’on allume pas
Et ton oeil unique qui brille

On descend l’escalier pieds nus
C’est un cambrioleur ou le dernier venu
Qu’on attendait plus
La lune se cache dans un seau d’eau
Un ange sur le toit joue au cerceau
La maison s’écroule

Dans le ruisseau il y a une chanson qui coule

(Pierre Reverdy)

Illustration: Julie Heffernan

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

FAÇADE (Pierre Reverdy)

Posted by arbrealettres sur 20 juillet 2016



 

FAÇADE

Par la fenêtre
La nouvelle.
Entre
Vous n’êtes pas pressé
Et la voix douce qui t’appelle
Indique où il faut regarder
Rappelle-toi
Le jour se lève
Les signes que faisait ta main
Derrière un rideau
Le matin
A fait une grimace brève
Le soleil crève sa prunelle
Nous sommes deux sur le chemin

(Pierre Reverdy)

Illustration: Evgeni Gordiets

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Air (Pierre Reverdy)

Posted by arbrealettres sur 20 juillet 2016



Oubli
porte fermée
Sur la terre inclinée
Un arbre tremble
Et seul
Un oiseau chante

Sur le toit
Il n’y a plus de lumière
Que le soleil

Et les signes que font tes doigts

(Pierre Reverdy)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

MINUTE (Pierre Reverdy)

Posted by arbrealettres sur 20 juillet 2016


 

MINUTE

Il n’est pas encore revenu
Mais qui dans la nuit est rentré
La pendule les bras en croix
S’est arrêtée

(Pierre Reverdy)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 2 Comments »

Toujours seul (Pierre Reverdy)

Posted by arbrealettres sur 20 juillet 2016



La fumée vient-elle de leurs cheminées ou de vos pipes?
J’ai préféré le coin le plus aigu de cette chambre pour être seul;
et la fenêtre d’en face s’est ouverte.
Viendra-t-elle?
Dans la rue où nos bras jettent un pont,
personne n’a levé les yeux,
et les maisons s’inclinent.
Quand les toits se touchent
on n’ose plus parler.
On a peur de tous les cris,
les cheminées s’éteignent.
Il fait si noir.

(Pierre Reverdy)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SURPRISE D’EN HAUT (Pierre Reverdy)

Posted by arbrealettres sur 20 juillet 2016


 

SURPRISE D’EN HAUT

Au fond du couloir les portes s’ouvriront
Une surprise attend ceux qui passent
Quelques amis vont se trouver là
Il y a une lampe qu’on n’allume pas
Et ton oeil unique qui brille

On descend l’escalier pieds nus
C’est un cambrioleur ou le dernier venu
Qu’on n’attendait plus
La lune se cache dans un seau d’eau
Un ange sur le toit joue au cerceau
La maison s’écroule

Dans le ruisseau il y a une chanson qui coule

(Pierre Reverdy)

Illustration: Vladimir Kush

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :