Arbrealettres

Poésie

Parole (Margarita Guarderas de Jijon)

Posted by arbrealettres sur 21 juillet 2016



Et déjà tout luit, bat,
s’enfile par la faille,
toujours grandissant,
explorant l’espace, le gîte.
Signes-mots,
récif fugace des sèves,
dans la séquence du souffle,
dans le rythme.
Codes, à l’infini les mêmes,
à l’infini du langage,
comme un chuchotement.

(Margarita Guarderas de Jijon)

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :