Arbrealettres

Poésie

Archive for 23 juillet 2016

Ce qui est réellement présent, comment pourrait-il cesser d’être présent ? (Gérard Pfister)

Posted by arbrealettres sur 23 juillet 2016




Ce qui est réellement présent, comment pourrait-il cesser d’être présent ?
Ce néant qui s’offre dans l’existence, comment pourrait-il cesser de s’offrir ?

La présence est ce don par lequel le néant se fait existence.
Par lequel l’existence revient au néant.

Présent perpétuel.

(Gérard Pfister)

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La feuille flétrie (Elisa Mercoeur)

Posted by arbrealettres sur 23 juillet 2016



Pourquoi tomber déjà, feuille jaune et flétrie?
J’aimais ton doux aspect dans ce triste vallon.
Un printemps, un été furent toute ta vie,
Et tu vas sommeiller sur le pâle gazon.

Pauvre feuille! il n’est plus, le temps où ta verdure
Ombrageait le rameau dépouillé maintenant.
Si fraîche au mois de mai, faut-il que la froidure
Te laisse à peine encore un incertain moment!

L’hiver, saison des nuits, s’avance et décolore
Ce qui servait d’asile aux habitants des cieux.
Tu meurs! un vent du soir vient t’embrasser encore,
Mais ces baisers glacés pour toi sont des adieux.

(Elisa Mercoeur)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

MARINE (Anne Hébert)

Posted by arbrealettres sur 23 juillet 2016



MARINE

A quoi rêvais-je tantôt,
Que j’étais si bien ?

Quel est ce flux
Et ce reflux
Qui montent sur moi,
Et me font croire
Que je m’étais endormie,
Sur une île,
Avant le montant,
Et que les vagues
Maintenant
Me surprennent
Tout à l’alentour ?

Est-ce dans un coquillage
Que j’entends la mer ?
Est-ce le vent sur nos têtes,
Ou le sang qui bat à ma tempe ?
Dans quelle marine
Ai-je donc vu mes yeux ?

Qui donc a dit
Qu’ils étaient calmes
Comme un puits,
Et qu’on pouvait
S’asseoir sur la margelle
Et mettre tout le bras
Jusqu’au coude
Dans l’eau lisse ?

Gare aux courants du fond,
Au sel, aux algues,
Et aux beaux noyés
Qui dorment les yeux ouverts,
En attente de la tempête
Qui les ramènera
A la surface de l’eau,
Entre les cils.

(Anne Hébert)

Illustration: Paul-Albert Laurens

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Dans le feu, une branche de cerisier (Thierry Cazals)

Posted by arbrealettres sur 23 juillet 2016



Dans le feu, une branche de cerisier
Le printemps dernier
Je me réchauffais à ses fleurs

(Thierry Cazals)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

L’âpre goût du bois en bouche (Paul Bergèse)

Posted by arbrealettres sur 23 juillet 2016



Quand la mare est au gel
et raidies les épinettes,
il suffit
de croquer
une coque de noisette
pour entendre
craquer
tous les arbres en forêt
et garder de l’instant
l’âpre goût du bois
en bouche.

(Paul Bergèse)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce soir je suis un arbre (Michel Thion)

Posted by arbrealettres sur 23 juillet 2016



Ce soir je suis un arbre.

Je t’écris arbre du désert,
solitaire effleuré de poussière,
pour te dire à l’heure du soleil sanglant
que toi et moi nous sommes forêt,
que nos racines se croisent, invisibles,
se parlent sous la terre,
partagent l’eau,
comme nos feuilles partagent l’air.

Ce serait l’année de l’effleurement.
Ensemble,
nous ferons le théâtre du vent et de la mer.

Car soleil sanglant il y a aujourd’hui.

Il y a sable et cendre.
Parfois l’un de nous brûle,
est abattu par les bûcherons vêtus de gris,
rongé par les rats
venus des grandes villes noires au-delà de la colline,
il s’estompe de la forêt
mais notre forêt toujours frémit.

Au plus sombre du solstice,
je te le dis,
notre forêt ne mourra pas de la perte de l’eau,
elle est cachée dans nos racines secrètes,
et toujours s’échange,
vive,
bondissante,
fraîche à nos yeux
éraflés de larmes.

Elle coule entre les doigts
de ta main ouverte.
Tu serres le poing
pour la retenir
et quand tu écartes les doigts
il ne reste rien
qu’un bref instant de fraîcheur volatile
qui disparaît à son tour,
souvenir d’un souvenir.
Et c’est cela qui reste gravé en toi,
en nous.

À mes amis trop lointains
voyageurs sans cesse étonnés
dont les racines m’effleurent
au soleil renaissant,
je dis
cette année,
au petit matin pâle,
nous sommes des arbres.

(Michel Thion)

son site ici


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Parcours amoureux (Christian Coin)

Posted by arbrealettres sur 23 juillet 2016



J’ai vu frémir ses cils à l’orée de ses ciels,
Son corps alifère dans le profond azur.
Là, dans la clairière, un chevalet obscur
Portait une sirène aux charmes pluriels.

J’ai vu ses deux iris, scintillant de lumière
Océane, verser des perles diaphanes,
Noué de sophismes, de féminins arcanes,
J’ai bu ses flots rances et pleuré mes chimères.

Dans la blanche froideur de ces cendres d’amour,
Les mots d’hier sonnent comme des demi-jours,
Lorsqu’un fin visage, au charme des Hellènes

Lève un liseré sur mon ardeur percluse.
Je vois dans l’or des blés une douceur pérenne
Et pure : Ma veine a déjà croisé sa muse.

(Christian Coin)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le papillon (Guenrikh Sapguir)

Posted by arbrealettres sur 23 juillet 2016



Le papillon

Ce matin dans ma chambre
un papillon
est rentré par la fenêtre
et s’est posé à mon chevet
en déployant ses ailes,
en agitant ses antennes
tout près de ma tête.
Puis il s’est envolé
par la fenêtre…

Que voulait-il me dire,
me confier?

(Guenrikh Sapguir)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 2 Comments »

A force de lumière (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 23 juillet 2016



A force de lumière un visage se consume
et devient étranger.
Le geste s’ensable,
la chair calcifiée chancelle,
la voix même s’éteint
comme s’il neigeait sur sa bouche

(Jean Joubert)


Illustration: Jean-Jacques Henner

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Armoire d’antan (Marie-Laure André)

Posted by arbrealettres sur 23 juillet 2016



Armoire d’antan
orange l’âme et girofles
roi de lumière bleue

(Marie-Laure André)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :