Arbrealettres

Poésie

Mon piano (Henri Michaux)

Posted by arbrealettres sur 27 juillet 2016



Mon piano

J’approche. Il est prêt.
Je souffre:

Il fait le chant.

J’apporte l’obsession,
la gêne,
l’oppression:

Il fait le chant

J’apporte la situation sans remède,
le vain déploiement des efforts,
le ratage de tout avec la mesquinerie,
les précautions emportées par le vent,
par le feu, par le feu, par le feu surtout:

Il fait le chant.

J’apporte l’inondation de sang,
le braiment des ânes contre la paix,
les camps, le travail forcé, la misère,
les emprisonnés de la famille, les choses à demi,
les amours à demi, les élans à demi et moins qu’à demi,
les vaches maigres, les hôpitaux,
les interrogatoires de police,
les lents mourants dans les bleds perdus,
les amers vivants, les foutus,
ceux qui dérivent avec moi sur la banquise folle:

Il fait le chant.

(Henri Michaux)

2 Réponses vers “Mon piano (Henri Michaux)”

  1. jJean-Baptiste Besnard said

    Condamnation

    La porte se ferme
    Sur un paradis perdu
    Les sourires se figent
    Un dernier baiser
    Une dernière poignée de mains.
    Les barreaux volent la clé des champs
    Et zèbrent le visage
    Un verre de rhum
    Et la dernière cigarette.

    1948

    Et zèbrent le visage
    Un verre de rhum
    Et la dernière cigarette.

    1948

    • arbrealettres said

      les derniers… « quelque chose » sont difficiles à vivre
      j’imagine le dernier « instant à vivre »!

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :