Arbrealettres

Poésie

LA PITIÉ DU MATIN (Max Rouquette)

Posted by arbrealettres sur 31 juillet 2016



LA PITIÉ DU MATIN

DETACHES du sein de la nuit
les morts attendent sous les herbes
enivrés par le sombre lait
qui vient en ruisseau des étoiles.

Ni le pavot ni la magie
ni la lassitude qui tombe
sur l’ardente chair de vingt ans
n’ont le flux épais de ce songe.

Les yeux ouverts au vertige du gouffre
toute leur vie sans relâche ils ont bu
le lait de gel qui gonfle un sein d’étoile.

La pitié du matin sur les terrasses
les recueillait, fascinés et perdus,
cependant que sans fin marchait la grande nuit.

***

LA PIETAT DAU MATIN

DESTACATS dau sen de la nuòch
os mòrts espèran jos las èrbas
embriagats per lo sorne lach
qu’en riu li ven de las ensenhas.

Ni lo pavòt ni los encants
ni mai lo lassitge quand tomba
sus la carn fèra de vint ans
rajan espés coma aquel sòmi

Los uòlhs dubèrts au gorg que los pivèla
sènsa relambi en sa vida an begut
lach de gèu que confla un sen d’estèla.

La pietat dau matin as parabandas
os recampava, enclausits e perduts,
entre qu’etèrna anava la nuòch granda.

(Max Rouquette)

Illustration: Patrick Swirc

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :