Arbrealettres

Poésie

LA VOIX (Max Rouquette)

Posted by arbrealettres sur 31 juillet 2016



LA VOIX

LA VOIX qu’autrefois entendirent
les oiseaux d’il y a mille ans
chante au milieu des arbres
et l’eau réfléchit au désert
les plaines éternelles de l’air.
Vers le néant vole leur souvenir
en vols aigus qui montent dans le soir,
perdus dans le gel de novembre.
Et l’eau obscure court sans trêve,
oublieuse des grands oiseaux,
de la face pure du ciel,
et de ma main dans sa fraîcheur.

***

LA VOTZ

AQUELA VOTZ qu’ausiguèron antan
los aucèls de mai de mila ans
canta dins la ramilha
e l’aiga miralha au desèrt
las planas etèrnas de l’èr.
Deus lo non-rès vòla lo seu remembre
en vous aguts que landan dins lo sèr,
perduts en la gèu de novembre.
E raja etèrna l’aiga escura
oblidosa deis grands aucèls
de la cara linda dau cèu
e de ma man dins sa frescura.

(Max Rouquette)

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :