Arbrealettres

Poésie

Un violon dans les jardins (Hermann Hesse)

Posted by arbrealettres sur 31 juillet 2016



Partout aux vallons d’alentour
La chanson des merles résonne
Et mon cœur, de chagrins si lourd,
Jusqu’à l’aube songe, frissonne.

L’heure tourne; je veille, assis,
Longtemps sous la lune qui baigne
L’essaim secret de mes soucis
Et mainte blessure qui saigne.

Un violon dans les jardins
Vers moi laisse monter sa plainte.
Oh! quel flot de langueur soudain
De mon âme apaise la crainte!

Inconnu qui t’en vas jouant
Ces sons pleins d’étrange magie,
Où donc as-tu trouvé ce chant
Qui dit toute ma nostalgie?

***

Eine Geige in den Gärten

Weit aus allen dunklen Talen
kommt der süße Amselschlag
und mein Herz in stummen Qualen
lauscht und zittert bis zum Tag.

Lange mondbeglänzte Stunden
liegt mein Sehnen auf der Wacht,
leidet an geheimen Wunden
und verblutet in der Nacht.

Eine Geige in den Gärten
klagt herauf mit weichem Strich
und ein tiefes Müdewerden
kommt erlösend über mich.

Fremder Saitenspieler drunten,
der so weich und dunkel klagt,
Wo hast Du das Lied gefunden,
das mein ganzes Sehnen sagt?

(Hermann Hesse)

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :