Arbrealettres

Poésie

Archive for 13 août 2016

Je suis content (Montesquieu)

Posted by arbrealettres sur 13 août 2016




Je m’éveille le matin avec une joie secrète,
Je vois la lumière avec une espèce de ravissement.
Tout le reste du jour, je suis content.

(Montesquieu)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | 2 Comments »

Ô jour, lève-toi, les atomes dansent (Jalâl-al-Dîn Rûmî)

Posted by arbrealettres sur 13 août 2016



Ô jour, lève-toi, les atomes dansent,
Les âmes, de joie, sans tête ni pieds, dansent.
Celui pour qui le firmament et l’atmosphère dansent,
À l’oreille, je te dirai où l’entraîne la danse.

(Jalâl-al-Dîn Rûmî)

Découvert ici chez Lecture/Ecriture

Illustration: Arthur Hughes

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Songe d’une nuit d’été (Paul Fort)

Posted by arbrealettres sur 13 août 2016



Songe d’une nuit d’été

La rose libre des montagnes
a sauté de joie cette nuit,
et toutes les roses des campagnes,
dans tous les jardins, ont dit:

« Sautons, d’un genou léger, mes soeurs,
par-dessus les grilles.
L’arrosoir du jardinier vaut-il
un brouillard qui brille? »

J’ai vu,
dans la nuit d’été,
sur toutes les routes de la terre,
courir les roses des parterres
vers une rose en liberté!

(Paul Fort)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Soleil de chez nous (Renée Rabineau)

Posted by arbrealettres sur 13 août 2016



Soleil éclatant, soleil triomphant,
Soleil qui réchauffe et qui vivifie,
Tu donnes un sens, un but à la vie…
Tu es l’astre vermeil!

Ta chaleur fait naître, vivre, croître et mûrir
Le grain de blé confié à tes soins vigilants,
Tu prolonges les vieux, tu es doux aux enfants.
Partout, tu fais merveille!

Tu moules, tu modèles, tu caresses, tu dores.
Sous tes rayons, la femme amoureuse s’endort
Comme sous les baisers doux et chauds d’un amant
Qui l’aime, ô Soleil!

Reste nous, beau soleil, si doux et protecteur!
Mets de la joie aux yeux de tous les malheureux,
Et du bonheur aux yeux de tous les amoureux
Qui t’aiment, ô Soleil!

(Renée Rabineau)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quand Marguerite danse (Paul Fort)

Posted by arbrealettres sur 13 août 2016



Quand Marguerite danse
(ou la chansonnette des munificences glorieuses et des récompenses discrètes)

Je vous donne votre beauté, Marguerite,
je vous donne ce qui déjà vous appartient.

Vous voyez, je ne prends rien.

Je vous donne votre belle âme, Pâquerette,
je vous la donne
qui brille dans vos yeux toute.

Vous voyez, je n’y prends goutte.

Je vous donne tout votre charme, Anthémis,
quand vous pleurez de joie en dansant, voyez,

je n’y prends pas même une larme.

Je vous donne vos doigts qui frétillent
en agitant les castagnettes,
Fleur-à-pétales-en-collerette,
et votre pied-de-nez, voyez,

je n’en chipe même pas pichenette.

Je vous donne à qui vous pensez,
quand vous dansez, Marguerite,
à qui déjà vous appartient.

Vous voyez, je ne prends rien.

(Paul Fort)


Illustration: Marie-Paule Deville Chabrole

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le choix (Ismaïl Kadaré)

Posted by arbrealettres sur 13 août 2016



Le choix

Tu as pleuré, puis tu m’as dit à voix étouffée
que je te traitais comme la dernière des prostituées.
Je n’ai pas prêté attention à tes larmes;
sans le savoir, pourtant, je t’avais rendu les armes.

Un beau matin, j’ai rouvert les yeux
sur un monde vide; tu étais partie sans dire adieu.
Ce que j’avais perdu, je l’ai alors compris.
Ce que j’avais gagné, je l’ai réalisé aussi.

Mon chagrin neuf resplendissait comme un saphir;
comme l’éclat du jour finissant, mon bonheur s’assombrissait.
Entre les deux je ne savais lequel choisir,
tant l’un et l’autre de beauté rivalisaient.

J’ignorais que ces trésors ont le pouvoir
de répandre en même temps la lumière et le noir,
qu’ils contemplaient tous deux ma joie
de vivre, et à la mort me faisaient songer cent fois.

(Ismaïl Kadaré)


Illustration: Marie-Pierre Kuhn

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Reste l’amour (Christian Bobin)

Posted by arbrealettres sur 13 août 2016



 

Reste l’amour qui nous enlève de tout sans nous sauver de rien.

La solitude est en nous comme une lame, profondément enfoncée dans les chairs.
On ne pourrait nous l’enlever sans nous tuer aussitôt.
L’amour ne révoque pas la solitude. Il l’a parfait. il lui ouvre tout un espace pour brûler.

L’amour n’est rien de plus que cette brûlure, comme au blanc d’une flamme.
Une éclaircie dans le sang. Une lumière dans le souffle. Rien de plus.
Et pourtant il me semble que toute une vie serait légère penchée sur ce rien.
Légère, limpide : l’amour n’assombrit pas ce qu’il aime.
Il ne l’assombrit pas parce qu’il ne cherche pas à le prendre. il le touche sans le prendre.
Il le laisse aller et venir. Il le regarde s’éloigner, d’un pas si fin qu’on ne l’entend pas mourir :
éloge du peu, louange du faible.

L’amour s’en vient, l’amour s’en va. Toujours à son heure, jamais à la nôtre.
Il demande, pour venir, tout le ciel, toute la terre, toute la langue.
Il ne saurait tenir dans l’étroitesse d’un sens.
Il ne saurait même pas se se contenter d’un bonheur.

L’amour est liberté.
La liberté ne va pas avec le bonheur. Elle va avec la joie.
La joie est comme une échelle de lumière dans notre coeur.
Elle mène à bien plus, plus haut que nous, à bien plus haut qu’elle :
là où plus rien n’est à saisir, sinon l’insaisissable.

(Christian Bobin)

Illustration: Bill Viola

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Toi si fragile (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 13 août 2016



 

Arthur Hughes Beauty_and_the_Beast_1863_65

Toi si fragile

Toi si fragile enfin tu te ressembles
comme ce mot léger, si pur qu’il tremble
et se refuse à la bouche, à l’oreille
et va mourir, écume sur la grève.

Tu ressentais cela quand, dès l’enfance,
tu mariais la cerise à la fraise
et n’osais pas manger tant de beauté.

Tremble ta voix comme feuille d’automne.
Des dieux ténus se penchent sur ta vie.

Tu ne peux plus déchirer une lettre
par peur d’entendre un long cri de souffrance.

(Robert Sabatier)

Découvert ici chez laboucheaoreilles
Illustration: Arthur Hughes

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le champignon (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 13 août 2016



champignon 28

Le champignon

Je te portais masque sur mon visage
Mais sans savoir qu’il suffisait de vivre
Ou de tuer pour te détruire enfin.

Étais-je image, ou lièvre, ou lézard ?
Le temps coulait devant mes yeux aveugles.
Le temps, le temps ? sans doute aussi l’aurochs
Sinon cet autre eu moi qui se cachait.

Comme il est bon de naître étant fruit mûr,
De se trouver sous des couches d’humus,
Champignon vif à des mains dérobé,
Et vénéneux seulement pour soi-même.

(Robert Sabatier)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Autre visage (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 13 août 2016



 mur-berlin-garcon-01-280x210

 

Autre visage

Un enfant pousse un mur et c’est l’Automne
Qui vient jaillir au coeur de sa prison
Tout cerné d’or, de bois et de couronnes
Il sent la mort passer contre son front
Et se retrouve ailé dans son royaume

Lui qui luttait tout seul contre la ville
Le voici roi de la terre et des monts
Il trouve un sceptre en toute fleur qui brille
Et le cueillir est un geste si bon
Que sa blessure en est source de vie.

Un vieux palais de lierre et de feuilles
De fils tissés dans la moiteur de cieux
S’offre à ses pas — les êtres qui l’accueillent
Ont des regards venus d’un autre lieu
Où la lumière est à celui qui pleure.

Un enfant pousse un mur avec ses paumes
Il a très peur des dieux à découvrir
Tout éclairé des raisins froids de l’aube
Dans sa douleur il ne peut les saisir
Un enfant pousse un mur et c’est sa vie
Qui lentement passe d’un siècle à l’autre.

(Robert Sabatier)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :