Arbrealettres

Poésie

A CORPS PERDU (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 23 août 2016



Vincent Van Gogh  _a-girl-in-a-wood-002

A CORPS PERDU

Cet enfant nu qui murmurait bruyère
Pour protéger son regard de la nuit
Et celui-là que l’on disait sans père
Quand il avait les arbres pour amis
Se sont trouvés le temps d’une prière.

Etait-ce moi qui vivais dans ces roses
Que tu cueillais bel enfant que j’étais
Et délivré par les métamorphoses
Devenais source, écureuil ou furet
Pour me mêler aux lueurs de l’aurore.

Il suffisait d’un doigt sur une route
D’un mot jeté parmi quelque forêt
Pour que s’échappe un oiseau de la source
Le faon, la biche et le vent préparaient
Des chants plus purs à hauteur de la bouche.

Il coule un siècle, un autre entre mes doigts
Pour séparer mon corps de ses enfances
Mais reparaît dans chaque eau que je bois
Ce clair visage et le reflet d’un ange
Blessé de ciel qui vient mourir en moi.

(Robert Sabatier)

Illustration: Vincent Van Gogh

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :