Arbrealettres

Poésie

Chant de l’amour unique (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 23 août 2016



Chant de l’amour unique

J’ai détourné le cours de la rivière
Et tes yeux noirs ont cessé de pleurer.
Emporte-moi vers le pays des biches
Nous serons l’herbe offerte à leurs désirs.
Jeune mouette, ô deviens mon amie
Nous danserons sur la pointe des flots
Et tu seras ma prime caravelle.

Mon doux péril, ma secrète menace
Mon couteau d’or contre le flanc du jour.
Danse des buis dans l’hiver immobile,
Simple parole où peut naître un printemps,
Je te regarde et tu rêves mon âme.
Je meurs en toi comme un grillon dans l’âtre
Pour que tu sois la cendre où je respire.

Roule en mes bras, roule comme un fruit mûr
Car je t’attends en bas de la colline
Avec mes mains qui déjà te caressent,
Avec ma bouche où tu coules déjà.
Ma passagère aux lames de l’avril
Pour que je nage un siècle dans un fleuve
Qui soit le même et reçoive mes os
Sur ce rivage où la mort se retire.

(Robert Sabatier)

Illustration: Anne-Marie Zilberman

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :