Arbrealettres

Poésie

LA SÉPARATION (Thomas Hardy)

Posted by arbrealettres sur 30 août 2016



LA SÉPARATION

Pluie sur les vitres, des portes grincent,
Des rafales balaient le pré,
Et je suis ici, vous là-bas,
Par cent milles séparés !

Ah, ne serait-ce que le climat, très chère,
Ou que la distance
Pour résumer ce qui nous sépare,
On pourrait placer un sourire.

Mais cette barrière entre nous deux
Qui n’arrange et ne clarifie rien,
Plus que la distance, très chère, ou que la pluie,
Est plus vieille que le temps !

***

THE DIVISION

Rain on the windows, creaking doors,
With blasts that besom the green,
And I am here, and you are there,
And a hundred miles between !

O were it but the weather, Dear,
O were it but the miles
That summed up all our severance,
There might be room for smiles.

But that thwart thing betwixt us twain,
Which nothing cleaves or clears,
Is more than distance, Dear, or rain,
And longer than the years !

(Thomas Hardy)

Illustration

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :