Arbrealettres

Poésie

Archive for 2 septembre 2016

Consumés (Jean-Paul Hameury)

Posted by arbrealettres sur 2 septembre 2016



A l’horizon espace et temps
sont consumés par l’aube.

(Jean-Paul Hameury)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Si tu es disponible (Irénée Guilane Dioh)

Posted by arbrealettres sur 2 septembre 2016



Chaque mot,
chaque être vient frapper à ta porte,
t’apportant son énigme.
Si tu es disponible,
il t’inondera de sa richesse.

(Irénée Guilane Dioh)

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’abeille est née trop tôt (Tshanyang Gyatsho)

Posted by arbrealettres sur 2 septembre 2016




L’abeille est née trop tôt,
la fleur a éclos trop tard :
il est passé, le moment de rencontrer
cette fille, qui ne m’était pas destinée !

(Tshanyang Gyatsho)

Illustration: Alex Alemany

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une arabesque de soleil (Pierre Günst Horn)

Posted by arbrealettres sur 2 septembre 2016



Une arabesque de soleil,
Un corps fluet qui étincelle,
L’acrobatie d’une hirondelle,
Petite fille en gymnastique,
Médaille d’or des Olympiques.

(Pierre Günst Horn)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le vase (José-Maria de Hérédia)

Posted by arbrealettres sur 2 septembre 2016



L’ivoire est ciselé d’une main fine et telle
Que l’on voit les forêts de Colchide et Jason
Et Médée aux grands yeux magiques. La Toison
Repose, étincelante, au sommet d’une stèle.

Auprès d’eux est couché le Nil, source immortelle
Des fleuves, et, plus loin, ivres du doux poison,
Les Bacchantes, d’un pampre à l’ample frondaison,
Enguirlandent le joug des taureaux qu’on dételle.

Au-dessous, c’est un choc hurlant de cavaliers ;
Puis les héros rentrant morts sur leurs boucliers
Et les vieillards plaintifs et les larmes des mères.

Enfin, en forme d’anse arrondissant leurs flancs
Et posant aux deux bords leurs seins fermes et blancs,
Dans le vase sans fond s’abreuvent des Chimères.

(José-Maria de Hérédia)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ma robe fleurie (Simone Auguste)

Posted by arbrealettres sur 2 septembre 2016



Ma robe fleurie
un papillon la butine
aux creux du sous-bois

(Simone Auguste)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Le remède à la tristesse c’est l’enfance (Anonyme)

Posted by arbrealettres sur 2 septembre 2016



On fait sa vie
comme l’enfant fait sa punition
On s’emmure dans un travail une maison un âge
on fait comme les autres

Le remède à la tristesse
c’est l’enfance

(Anonyme)

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Le lit (José-Maria de Hérédia)

Posted by arbrealettres sur 2 septembre 2016



Qu’il soit encourtiné de brocart ou de serge,
Triste comme une tombe ou joyeux comme un nid,
C’est là que l’homme naît, se repose et s’unit,
Enfant, époux, vieillard, aïeule, femme ou vierge.

Funèbre ou nuptial, que l’eau sainte l’asperge
Sous le noir crucifix ou le rameau bénit,
C’est là que tout commence et là que tout finit,
De la première aurore au feu du dernier cierge.

Humble, rustique et clos, ou fier du pavillon
Triomphalement peint d’or et de vermillon,
Qu’il soit de chêne brut, de cyprès ou d’érable;

Heureux qui peut dormir sans peur et sans remords
Dans le lit paternel, massif et vénérable,
Où tous les siens sont nés aussi bien qu’ils sont morts.

(José-Maria de Hérédia)

Posted in poésie | 2 Comments »

Une ombrelle s’ouvre (Laurent d’Arcy)

Posted by arbrealettres sur 2 septembre 2016



Ombres d’elle:
Sur un sable en fleurs
Une ombrelle s’ouvre et danse,
Et flirte au soleil.

(Laurent d’Arcy)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Là où il y a des hommes (Issa)

Posted by arbrealettres sur 2 septembre 2016



Là où il y a des hommes
il y a des mouches
il y a des bouddhas

(Issa)

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :