Arbrealettres

Poésie

Pauvre banlieue parisienne (Louis-Ferdinand Céline)

Posted by arbrealettres sur 8 septembre 2016



Pauvre banlieue parisienne,
paillasson devant la ville où chacun s’essuie les pieds,
crache un bon coup,
passe,
qui songe à elle?
Personne.
Abrutie d’usines,
gavée d’épandages,
dépecée, en loques,
ce n’est plus qu’une terre sans âme,
un camp de travail maudit
où le sommeil est inutile,
la peine perdue,
terne la souffrance.
« Paris, capitale de la France! »
Quelle chanson!
Quelle publicité!
La banlieue tour autour qui crève,
qui s’en soucie?
Personne, bien-sûr!
Elle est vilaine, voilà tout!
Banlieue de hargne vaguement mijotante
d’une espèce de révolution
que personne ne pousse ni n’achève,
malade à mourir toujours et ne mourant pas.

(Louis-Ferdinand Céline)

2 Réponses vers “Pauvre banlieue parisienne (Louis-Ferdinand Céline)”

  1. Bonjour,

    Un blogue consacré à Louis-Ferdinand Céline:

    http://celinelfombre.blogspot.com/

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :