Arbrealettres

Poésie

La flûte (Hermann Hesse)

Posted by arbrealettres sur 9 septembre 2016



Maison, la nuit, dans les branchages;
Fenêtre où luit un doux reflet.
Invisible au fond des ombrages,
Là-bas un flûtiste jouait

Une très vieille mélodie
Dont l’air dans la nuit parvenu
À chacun disait sa patrie
Et tous les chemins parcourus.

C’était le sens secret du monde
Dans ce souffle se transposant;
Il fallait que le cœur se fonde;
Le temps entier était présent.

**************

Flötenspiel

Ein Haus bei Nacht durch Strauch und Baum
Ein Fenster leise schimmern ließ,
Und dort im unsichtbaren Raum
Ein Flötenspieler stand und blies.

Es war ein Lied so altbekannt
Es floß so gütig in die Nacht,
Als wäre Heimat jedes Land,
Als wäre jeder Weg vollbracht.

Es war der Welt geheimer Sinn
In seinem Atem offenbart
Und willig gab das Herz sich hin
Und alle Zeit ward Gegenwart.

(Hermann Hesse)


Illustration

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :