Arbrealettres

Poésie

Archive for 10 septembre 2016

Larme de tes yeux (Tradition paysanne espagnole)

Posted by arbrealettres sur 10 septembre 2016



Larme de tes yeux
Je veux devenir,
Courir sur tes joues
Glisser sur tes seins
J’entrerais en toi.
Et dedans ton cœur
Sera mon logis

(Tradition paysanne espagnole)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Paris! (Alfred de Vigny)

Posted by arbrealettres sur 10 septembre 2016



Enfer! Eden du monde!
Paris! principe et fin! Paris! ombre et flambeau!…
Je ne sais si c’est mal, tout cela: mais c’est beau,
Mais c’est grand! Mais on sent jusqu’au fond de son âme
Qu’un monde tout nouveau se forge à cette flamme…

(Alfred de Vigny)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’eau vivante (Luc Dietrich)

Posted by arbrealettres sur 10 septembre 2016




L’eau vivante

Comme il monte le chant que tous les troncs
ont su tirer de l’épaisseur de la terre,
comme il monte en ce coeur de verdure
où la lumière liquide du printemps est venue déposer son nid.
Et comme elle brûle ton eau vivante, ô peuplier.

(Luc Dietrich)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

La bergère et le gentilhomme (Anonyme)

Posted by arbrealettres sur 10 septembre 2016



Que fais-tu là, bergère,
Que fais-tu dans le champ?
Vous endurez la pluie,
Le froid, le mauvais temps.
— Je n’endure ni pluie
Ni froid ni mauvais temps;
Je file ma quenouille,
Gardant mes moutons blancs.
Si tu voulais, bergère,
Si tu voulais m’aimer,
Nous irions à l’ombrette,
Là-bas dans ce vert pré.
Monte dans mon carrosse,
Laisse là ton troupeau;
Tu seras riche dame
Là haut dans mon château.
— Je me moq’ du carrosse
Et du Joli’ château;
J’aime mieux être libre
En gardant mon troupeau.
Les oiseaux de campagne
Sont cent fois plus hardis
Que ceux qu’on met en cage
Aussitôt qu’ils sont pris.

(Anonyme)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tout pareil, après nous (Omar Khayam)

Posted by arbrealettres sur 10 septembre 2016



Quand nous n’y serons plus, le monde sera là;
Nulle trace de nous alors ne restera.
Ce monde où nous n’avions, avant, pas d’existence,
Tout pareil, après nous, il se conservera.

(Omar Khayam)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

L’amour éternel (Emmanuel Berland)

Posted by arbrealettres sur 10 septembre 2016



l’amour éternel
continue à croître dans le
feu stellaire

(Emmanuel Berland)

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Un soupir (Omar Khayam)

Posted by arbrealettres sur 10 septembre 2016



De croire à blasphémer qu’y-a-t-il? Un soupir.
Entre la certitude et le doute? Un soupir.
Ce précieux soupir, tires-en jouissance,
Car notre vie aussi s’achève en un soupir.

(Omar Khayam)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | 4 Comments »

Maintenant tu vis ramassé (Diego Perez)

Posted by arbrealettres sur 10 septembre 2016



Tu respirais
dans le complot des passions
lueurs debout
échardés de cris.
Maintenant tu vis
ramassé dans tes phrases
dans le dernier carré
nimbé par l’exigence.

(Diego Perez)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le poussin (Luc Dietrich)

Posted by arbrealettres sur 10 septembre 2016




Le poussin

C’est une graine enveloppée de plumes
et qui se promène avant de germer.

***
Toujours plein de bruit, à la fois sec et tendre,
sa tête est un dessin de nuage.
Il se perd dans la paille comme un canard qui plonge.

(Luc Dietrich)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La cathédrale de Chartres (Luc Dietrich)

Posted by arbrealettres sur 10 septembre 2016




La cathédrale de Chartres

Au bout de la rue était une étendue grise, délavée, dévastée de vent.
Je respirais à grands coups comme au bord de la mer.
La cathédrale se dressa dans le ciel avec une grandeur et une droiture intolérables.

C’est un rocher qui émerge des vagues, frotté de sable et bruni d’algues.
La pierre des tours chante de vent. C’est un rocher couché dans la hauteur.
Des corps décapités s’y multiplient jusqu’au sommet.

C’est un vaisseau frappé par sept naufrages.
Et moi, Dieu merci, je ne sais plus d’où je viens.
Je ne sais pas où je vais, je suis noyé et débarrassé de toute vie.

Je suis un corps que le flux aspire et rejette.
Je vais buter sur les pointes, sous les prophètes,
contre les guerriers, devant les reines aux tresses de cordage.

C’est un grand rocher évidé sur le ciel, et le ciel même glisse dans ses brumes,
mais ce roc humain est une montagne de foi.
Le rocher le plus sûr peut-il retenir le noyé qui s’y cogne ?

(Luc Dietrich)

Illustration: Jean-Baptiste Camille Corot

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :