Arbrealettres

Poésie

La bergère et le gentilhomme (Anonyme)

Posted by arbrealettres sur 10 septembre 2016



Que fais-tu là, bergère,
Que fais-tu dans le champ?
Vous endurez la pluie,
Le froid, le mauvais temps.
— Je n’endure ni pluie
Ni froid ni mauvais temps;
Je file ma quenouille,
Gardant mes moutons blancs.
Si tu voulais, bergère,
Si tu voulais m’aimer,
Nous irions à l’ombrette,
Là-bas dans ce vert pré.
Monte dans mon carrosse,
Laisse là ton troupeau;
Tu seras riche dame
Là haut dans mon château.
— Je me moq’ du carrosse
Et du Joli’ château;
J’aime mieux être libre
En gardant mon troupeau.
Les oiseaux de campagne
Sont cent fois plus hardis
Que ceux qu’on met en cage
Aussitôt qu’ils sont pris.

(Anonyme)

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :