Arbrealettres

Poésie

Archive for 10 septembre 2016

La flèche qui jaillit de l’arc (Nâzim Hikmet)

Posted by arbrealettres sur 10 septembre 2016




La flèche qui jaillit de l’arc

La flèche a jailli de l’arc !
L’étape est longue
longue
très longue…
Pas trace du but !

L’étape fut longue
très longue
La flèche n’était pas maître de vol
mais apprenti.
Elle laissa dans les airs des brisures d’ailes ensanglantées…
À chaque instant
restées à l’arrière
de cet oiseau mince et long :
Les vastes vibrations d’un vol qui frappe l’air, que l’air frappe !

Ce vol
des années et des années
de longues années dura.
Quand enfin vint le jour où l’aube, de sang, écuma,
La flèche, de la cible le coeur rouge toucha…

La flèche devint maître de vol, et apprenti n’est plus
Cette lointaine étape
lointaine n’est plus…

(Nâzim Hikmet)

Illustration: William Bouguereau

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Illusion (Orhan Veli)

Posted by arbrealettres sur 10 septembre 2016



 

Illusion

Je serais libéré d’un amour ancien.
Désormais, belles toutes les femmes,
Neuve ma chemise,
Moi lavé,
Moi rasé,
La paix conclue,
Le printemps venu,
Le soleil réapparu,
Paisibles les gens dans la rue,
Paisible moi aussi.

(Orhan Veli)

Illustration: Svetoslav Stoyanov

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’Héliotrope (José-Maria de Heredia)

Posted by arbrealettres sur 10 septembre 2016



L’héliotrope entr’ouvre à l’Orient sa fleur,
Où tremble en se jouant la lumière irisée,
Et sourit au travers de l’humide rosée,
Comme un bel oeil d’azur où se suspend un pleur.

Il est midi. La fleur par le soleil baisée,
Aspire avidement son ardente chaleur,
Le flamboyant amant, de sa lèvre embrasée,
La brûle et fait pâlir sa vivante couleur.

Enfin, toute flétrie, elle demande l’ombre;
Mais le Dieu, la criblant de ses flèches sans nombre,
Lui verse sans pitié son implacable jour.

C’est après ce destin que soupire mon âme,
Et dût-elle en mourir, ah! verse-lui ta flamme,
Soleil, ardent soleil de l’invincible amour!

(José-Maria de Heredia)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pourquoi je suis venu, pourquoi je suis parti (Omar Khayam)

Posted by arbrealettres sur 10 septembre 2016



Que je sois là, le ciel n’en est pas mieux loti,
Que je parte, il n’en reste plus grand ni plus petit.
Jamais nul n’est venu me souffler à l’oreille
Pourquoi je suis venu, pourquoi je suis parti.

(Omar Khayam)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

La caverne (Asaf Hâlet Çelebi)

Posted by arbrealettres sur 10 septembre 2016




La caverne

dans la caverne qui est en moi
des cadavres desséchés sont allongés
des émeraudes riant avec le poison
et des rubis leur font un lit
voleurs qui parfois venaient me saluer

dans la caverne qui est en moi
il y a un tas de livres
à y regarder de près
les yeux des images jouent
et parlent
leurs visages à toutes sont pareils au mien
et leurs yeux pareils à mes yeux

(Asaf Hâlet Çelebi)

Illustration: Ibara

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si tu t’en vas par le chemin (Tradition paysanne bulgare)

Posted by arbrealettres sur 10 septembre 2016



Si tu t’en vas par le chemin
par le chemin poussiéreux,
je vais me faire rosée,
je mouillerai route et chemin,
pour que ta robe de soie fine
ne se salisse, ne se ternisse.

Si tu t’en vas par le chemin,
par le chemin humide,boueux
je vais me faire soleil,
je sécherai les routes boueuses
pour que la robe de ton cheval
ne se salisse, ne se ternisse.

(Tradition paysanne bulgare)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mahmut le rêveur (Orhan Veli)

Posted by arbrealettres sur 10 septembre 2016




Mahmut le rêveur

Tel est exactement mon boulot,
Chaque matin je peins le ciel,
Pendant que tous vous dormez.
Au réveil, vous le trouvez bleu.
Parfois la mer se déchire,
Vous ignorez qui la recoud ;
C’est moi.
D’autres fois je rêve,
C’est aussi mon boulot ;
J’imagine une tête à ma tête,
J’imagine un estomac à mon estomac,
J’imagine un pied à mon pied,
Je ne sais pas quoi faire.

(Orhan Veli)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Margot au lavoir (Anonyme)

Posted by arbrealettres sur 10 septembre 2016



Pan pan, margot au lavoir
pan Pan, à coups de battoir,
Va laver ton coeur,
Tout noir de douleur.

(Anonyme)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous vivons enfoncés dans la mort (Luc Dietrich)

Posted by arbrealettres sur 10 septembre 2016



 

Nous vivons enfoncés dans la mort,
si vivre est l’oubli de l’agonie que nous devons mener pour naître à notre vie.
Nous vivons enfoncés dans la mort comme les racines dans la terre.
Nous vivons notre mort.

Le soleil, chaque jour, monte et descend dans le ciel,
et sa lumière est cette boue où nos actes et nos regards font leur percée.
Mais la racine pourrit si le tronc est coupé et meurt d’être privée de ce qu’elle doit donner.

Pourquoi est-ce seulement dans le sommeil que nous nous dressons en sueur
au milieu de ces lianes, de ces graines en poussière et de ces jets de sève ?

Mais c’est tout éveillé qu’il nous faudrait craquer comme la graine crie et se fend,
jaillir au-dessus des insectes, des épis, des grands arbres,
des grands rocs, des grands nuages oublieux, de la nuit froide et creuse sous qui les astres pendent,
enfoncer la croûte du ciel et marcher dans les chemins où nous rencontrerons nos fruits.

(Luc Dietrich)

Illustration: Gilbert Garcin

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Enfin! (Jacques Izoard)

Posted by arbrealettres sur 10 septembre 2016



Raconte enfin
le bleu de l’histoire,
le pourquoi du tutu.
Et jus de framboise
irriguera ton crâne.
Enfin!

(Jacques Izoard)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :