Arbrealettres

Poésie

Des souris et des hommes (Oktay Rifat)

Posted by arbrealettres sur 11 septembre 2016




Des souris et des hommes

Rends grâce, souris
Rends grâce à cette souricière
Ne me regarde pas si tristement
T’ai-je crevé les yeux
Écorché la peau
Tordu le sexe
Je pouvais t’embrocher
Je pouvais t’asphyxier
Je pouvais, vivante, te brûler
Je pouvais, vivante, t’enterrer
Mets donc la main sur ton coeur et parle
Ai-je pendu ta femme
Ai-je égorgé ta fille
Ai-je ruiné ton foyer
No-on, souris
Impossible, souris
Cette fois-ci, c’est une toute petite, petite souricière
Pas un tank
Pas un canon
Pas un bombardier

(Oktay Rifat)

Illustration

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :