Arbrealettres

Poésie

Archive for 18 septembre 2016

La mort n’a pas de prise (Eugénio de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 18 septembre 2016



La mort n’a pas de prise
quand on tient le soleil
endormi dans ses bras

(Eugénio de Andrade)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Le vent qui court (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 18 septembre 2016



Le vent
qui court

n’arrive pas

on l’a vu trébucher
sur un brin d’herbe

sur un caillou
sur pas grand chose

le vent qui pousse
aux portes

jamais
n’entre tout à fait

(Werner Lambersy)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Chànd-Màlà (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 18 septembre 2016



paper-chandmala-800x600

Chànd-Màlà

Oui des dieux marchent
à nos côtés

qui ne connaissent
que les déserts
de l’âme

des dieux qui se disent
entre eux
ce que nous sommes
et nos peu de pouvoirs

mais ils ne savent rien
de notre ivresse
de chanter

de cette foi
qui ne demande aux mots
qu’un temple vide
et qui résonne bien

(Werner Lambersy)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La pluie est nue (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 18 septembre 2016



pluie-4

Vieux mur
il ne parle plus qu’à la terre
et tout bas

C’est un arbre à miroirs
pour faire chanter
l’oiseau qui viendrait seul

La pluie est nue

elle aime
s’offrir aux passants

(Werner Lambersy)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

KOMBOLOÏ (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 18 septembre 2016



komboloi

KOMBOLOÏ

C’est à pied
que l’on va vers ce temps
non compté

par des chemins de terre

qu’une farine d’astres
rend doux

vers des idoles simples

choses
de rencontre
et sans pouvoirs attendus

sinon ce bruit silencieux
dont la matière du poème
est faite

(Werner Lambersy)

Découvert ici: https://ecriturbulente.com/

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’Arche (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 18 septembre 2016



L’Arche

La neige exigeait la rigueur

Les formes
Nécessaires et belles
Etaient simples

L’accord régnait
Entre la ligne et l’angle

Entre montagnes et vide dans
L’azur

Ici le repas
Qu’allait servir le dieu nu

Epouserait la perfection

Comme lumière et ombre
Se prolongent.

(Werner Lambersy)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Athée provisoire (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 18 septembre 2016



Athée provisoire

La mort ni le poème
Ne sont le silence

Mais sans silence
Ils ne sont rien

La mort
C’est apprendre ce
Qu’un silence peut
Dire

Le poème
C’est dire et redire
Cet apprentissage

Quand le silence
Se tait

C’est que la parole
Est prête

Quand la parole est
un silence

c’est qu’un poème
va parler

(Werner Lambersy)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un bol comme image du monde (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 18 septembre 2016



Un bol comme image du monde

Au temps
Ou le temps n’était pas

Ou s’aimer était aimer
Le tout

Lorsque rien ne tremblait
Pour l’autre

Un bol
Aurait servi dit-on

Pour écoper du néant
La part où épaissir
Le vide.

(Werner Lambersy)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Architectes et maçons (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 18 septembre 2016



Architectes et maçons
Montèrent des murs
Depuis le trou des ténèbres

On n’aurait pas pu
Glisser une feuille
Entre les blocs

Les soleils dansèrent
Sur les marches du seuil
Et les étoiles
Finirent les fenêtres

Couvreurs et charpentiers
Des crépuscules
Achevèrent le travail

Tous se dirent
Que d’être vide ainsi
Rendait le temple plus beau

Aussi s’en allèrent-ils
Sans rien dire du poème.

(Werner Lambersy)

 
Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

C’était celui celui qui remuait les lèvres sans chanter (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 18 septembre 2016



chef-de-choeur-s

C’était celui
Celui qui remuait les lèvres
Sans chanter

Ni comprendre la partition
Que chacun tenait
Devant soi

Le chef de chœur
Se tenait devant le groupe

Pourquoi
Ne disait-il rien
A moi qui ne chantais rien

À moi
Qui du poème sacré faisais
Un silence

(Werner Lambersy)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :