Arbrealettres

Poésie

Femme fenêtre (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 18 septembre 2016



Femme fenêtre
aux rideaux chevelure
femme tenture
femme teinture du temps

Les grands troncs calcinés de l’oubli
gardent au coeur
les hiéroglyphes du lit

Femme levure
femme levain
femme au linge de lune
dans la dentelle des marées
Les dauphins souples du plaisir
en filigrane sous ta peau

Ce soir
chaque arbre est une église
dans un encens nouveau

Langue lente
au germoir du regard
cette fois un rien aurait suffi
pour que le vent traduise

(Werner Lambersy)

4 Réponses vers “Femme fenêtre (Werner Lambersy)”

  1. Lara said

    bel hommage

  2. jJean-Baptiste Besnard said

    Très drôle. Néanmoins excellent texte

    • arbrealettres said

      et … drôle de texte! Au début ça me gênait quand je ne « comprenais » pas les « phrases » …
      Maintenant c’est presque le contraire, vive la Poésie « hermétique »! lol!! ((-:

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :