Arbrealettres

Poésie

JEUNESSE (Pierre-Albert Birot)

Posted by arbrealettres sur 21 septembre 2016



JEUNESSE

Sur un doigt la colombelle
Nu l’esclave à la flambelle
Et plus loin sur la Margelle
Vérité grosse pucelle
De tout son ventre étincelle
Chaque sein sa coccinelle
Mais au fond de la venelle
On voit danser l’afumelle
Ah que n’est-ce villanelle
Et pour si grand damoiselle
Légère comme nigelle
Parez-vous telle bardelle
La fille veut pimprenelle
Et tout l’or de la coupelle
Elle a marqué d’un obèle
Tout mort qui la dit mortelle

(Pierre-Albert Birot)

Illustration: Andrzej Malinowski

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :