Arbrealettres

Poésie

Le sel (Henri Bauchau)

Posted by arbrealettres sur 23 septembre 2016



Le sel

Il vient de la mer, je le sais
son sel durcit dans ma broussaille
Le soir, s’il me dit : chante !
je deviens fou, mon ombre est folle
je dis la chose sans paroles.
Les gens viennent, les gens se taisent sous la lune.
Et je danse pour le viril
le plus mouvant, plus simple et plus terriblement subtil.
Je meurs, je sombre, délirance
est sous la pointe de mon pied.
Rien, la voix ne m’est rien. C’est son silence contre
toujours plus contre moi
qui révolte l’instant et fait tourner le ciel.

(Henri Bauchau)

Découvert ici: http://revuedepoesie.blog.lemonde.fr/

Illustration

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :