Arbrealettres

Poésie

Jour d’hiver (Nâzim Hikmet)

Posted by arbrealettres sur 29 septembre 2016



 

Jour d’hiver, sans tache, transparent comme le verre.
Mordre la chair saine et blanche d’une pomme.
T’aimer, ma bien-aimée, cela ressemble
Au bonheur de humer l’air dans une forêt de pins.

*

Qui sait, nous ne nous aimerions peut-être pas tant
Si nos âmes ne se voyaient pas de si loin.
Nous ne serions peut-être pas si près, qui sait,
Si le destin ne nous avait séparés.

*

C’est ainsi mon canari, entre toi et moi
Il n’y a qu’une différence de degré.
Tu as des ailes et tu ne peux pas voler
Moi, j’ai des mains et je ne peux pas penser.

*

Fini, dira un jour notre mère Nature
Fini de rire et de pleurer, mon enfant
Et ce sera de nouveau la vie immense
Qui ne voit pas, qui ne parle pas, qui ne pense pas.

(Nâzim Hikmet)

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :