Arbrealettres

Poésie

Archive for 29 septembre 2016

Un brin d’herbe (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 29 septembre 2016



Un brin d’herbe,
Après tout,

Ca fait assez superbe
Pour un grand rendez-vous.

(Guillevic)

Posted in poésie | Tagué: , , , | 2 Comments »

Aube de printemps (Meng Hao-Jan)

Posted by arbrealettres sur 29 septembre 2016



Le sommeil printanier ignore l’aube,
On se réveille aux appels des oiseaux.
Nuit passée, bruissement de vent, de pluie;
Que de pétales, déjà, ont du tomber…

(Meng Hao-Jan)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LETTRES ET POÈMES (Nâzim Hikmet)

Posted by arbrealettres sur 29 septembre 2016



 

LETTRES ET POÈMES

I

Ma seule au monde et
tu me dis dans ta dernière lettre
« Ma tête éclate, mon coeur défaille,
S’ils te pendent
si je te perds
j’en mourrai. »

Tu vivras, ma femme,
Mon souvenir comme une fumée noire
se dispersera dans le vent.
Tu vivras, soeur aux cheveux roux de mon coeur
Les morts n’occupent pas plus d’un an
les gens du vingtième siècle.

La mort
Un mort qui se balance au bout d’une corde
à cette mort-là
mon coeur ne peut se résigner.
Mais
rassure-toi, ma bien-aimée, si la main noire et velue d’un
pauvre tzigane
finit par me mettre la corde au cou ils regarderont en vain
dans les yeux bleus de Nâzim
pour y voir la peur.
Dans le crépuscule de mon dernier matin
je verrai mes amis et toi

Et je n’emporterai sous la terre
que le regret d’un chant inachevé.

Femme mienne
Mon abeille au coeur d’or
Mon abeille aux yeux plus doux que le miel
Pourquoi t’ai-je écrit qu’on demandait ma mort ?

Le procès ne fait que commencer
On n’arrache tout de même pas la tête d’un homme
comme on arrache un navet.
Allons ne t’en fais pas
Ce ne sont que des possibilités lointaines.
Si tu as de l’argent
Achète-moi un caleçon de laine
j’ai encore la sciatique dans la jambe
Et n’oublie pas que la femme d’un prisonnier
Ne doit pas avoir de noires pensées.

II

J’ai gravé ton nom avec mon ongle
sur le cuir de mon bracelet
Tu sais que là où je me trouve
il n’y a ni canif à manche d’écaille
« Défense de porter des objets contondants »
ni sapin dont la tête pénètre le ciel.
Il y aurait un petit arbre dans la cour
mais défense d’avoir les nuages au-dessus de la tête…
Combien sommes-nous à habiter cette maison,
Je n’en sais rien
Je suis seul loin d’eux

(Nâzim Hikmet)

Illustration: Kuroda Seiki

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Le présent (Sophie Hannah)

Posted by arbrealettres sur 29 septembre 2016



J’épargne mes sous
pour t’acheter une pomme de terre crue.

Je vais la polir avec ma brosse à ongles
et la laver dans mon évier.

Je fais sculpter tes initiales
dans sa peau douce et brune.

Je vais l’envelopper de papier-cadeau rose
et l’attacher d’un ruban rose.

Je vais la déposer dans une boîte à chaussures
sur un lit de papier-mouchoir.

Je vais la livrer sur le pas de ta porte,
chaussée de souliers roses.

D’abord, tu vas la regarder avec colère,
comme si c’était un bébé.

Tu vas rapidement l’entrer dans la maison
pour la dérober aux yeux des voisins.

Tu ne sauras pas où la placer.
Tu auras peur de la tenir.

Tu la cacheras dans ta chambre
pour que personne ne la voie par hasard.

Elle vivra dans le coin le plus éloigné
pour toujours, et te gênera.

(Sophie Hannah)

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DIMANCHE (Nâzim Hikmet)

Posted by arbrealettres sur 29 septembre 2016



 

DIMANCHE

C’est dimanche aujourd’hui.
Pour la première fois, aujourd’hui
ils m’ont laissé sortir au soleil
et moi
pour la première fois dans ma vie,
j’ai regardé le ciel sans bouger
m’étonnant qu’il soit si loin de moi
qu’il soit si bleu
qu’il soit si vaste
Je me suis assis par terre
plein de respect
et j’ai collé mon dos contre le mur blanc.
Il n’est pas question en cet instant
de me jeter dans les vagues.
Pas de combat en cet instant
Pas de liberté et pas de femme
Terre, soleil et moi
Je suis un homme heureux.

(Nâzim Hikmet)

Illustration: SknijKunst

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Fraises (Edwin Morgan)

Posted by arbrealettres sur 29 septembre 2016



Il n’y a plus jamais eu de fraises
comme celles que nous avons mangées
cet après-midi étouffant
où nous étions assis sur les marches
de la porte-fenêtre
face à face
tes genoux entre les miens
les assiettes bleues sur nos cuisses
les fraises luisantes
dans le chaud soleil
nous les trempions dans le sucre
en nous regardant l’un l’autre
sans presser notre banquet
pour un autre à venir
les assiettes vides
déposées sur les pierres
les deux fourchettes croisées
et je me suis penché vers toi
doux dans cet air
dans mes bras
abandonné comme un enfant
dans ta bouche empressée
le goût des fraises
dans ma mémoire
appuie-toi encore
laisse-moi t’aimer

laisse que le soleil frappe
notre oubli
ne serait-ce qu’une heure
la chaleur intense
et les éclairs d’été
sur les collines Kilpatrick
laisse que la tempête lave les assiettes.

(Edwin Morgan)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Retouche à la fatalité (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 29 septembre 2016




Retouche à la fatalité

d’un pas tranquille
les amants droits dans la lumière pure
vers le labyrinthe de buis

(Daniel Boulanger)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Jour d’hiver (Nâzim Hikmet)

Posted by arbrealettres sur 29 septembre 2016



 

Jour d’hiver, sans tache, transparent comme le verre.
Mordre la chair saine et blanche d’une pomme.
T’aimer, ma bien-aimée, cela ressemble
Au bonheur de humer l’air dans une forêt de pins.

*

Qui sait, nous ne nous aimerions peut-être pas tant
Si nos âmes ne se voyaient pas de si loin.
Nous ne serions peut-être pas si près, qui sait,
Si le destin ne nous avait séparés.

*

C’est ainsi mon canari, entre toi et moi
Il n’y a qu’une différence de degré.
Tu as des ailes et tu ne peux pas voler
Moi, j’ai des mains et je ne peux pas penser.

*

Fini, dira un jour notre mère Nature
Fini de rire et de pleurer, mon enfant
Et ce sera de nouveau la vie immense
Qui ne voit pas, qui ne parle pas, qui ne pense pas.

(Nâzim Hikmet)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Seul assis au milieu des bambous (Wang Wei)

Posted by arbrealettres sur 29 septembre 2016



Seul assis au milieu des bambous,
Je joue du luth et chante à mesure;
Ignoré de tous, au fond des bois.
La lune s’est approchée: clarté.

(Wang Wei)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :