Arbrealettres

Poésie

Le buffet (Arthur Rimbaud)

Posted by arbrealettres sur 4 octobre 2016




Le buffet

C’est un large buffet sculpté ; le chêne sombre,
Très vieux, a pris cet air si bon des vieilles gens ;
Le buffet est ouvert, et verse dans son ombre
Comme un flot de vin vieux, des parfums engageants ;

Tout plein, c’est un fouillis de vieilles vieilleries,
De linges odorants et jaunes, de chiffons
De femmes ou d’enfants, de dentelles flétries,
De fichus de grand’mère où sont peints des griffons ;

– C’est là qu’on trouverait les médaillons, les mèches
De cheveux blancs ou blonds, les portraits, les fleurs sèches
Dont le parfum se mêle à des parfums de fruits.

– Ô buffet du vieux temps, tu sais bien des histoires,
Et tu voudrais conter tes contes, et tu bruis
Quand s’ouvrent lentement tes grandes portes noires.

(Arthur Rimbaud)

 

 

5 Réponses vers “Le buffet (Arthur Rimbaud)”

  1. Mireille Gaglio said

    Et merci à l’artisan, « père » du buffet, qui m’a inspiré ces mots:

    L’artisan

    Ne dédaignons pas l’artisan…
    Au cours de sa vie,
    Penché sur son labeur,
    N’économisant pas sa sueur,
    L’ébéniste coupe, scie,
    Rabote, sculpte et crée:
    Et de ses mains calleuses
    Est sorti une chose charmeuse :
    Ce secrétaire…
    Combien de générations
    L’ont utilisé,
    L’ont rempli,
    Fermé ou ouvert…
    Combien de doigts ont glissé
    Sur ses rosettes, ses décorations…
    Combien de lettres, de rubans
    Ont été cachés
    Dans son tiroir secret… ?
    Il pourrait en raconter:
    De l’amoureuse à l’homme d’affaires,
    Du jeune homme à la grand-mère…
    Tous, il les a vus rêver…

    Dans la beauté du secrétaire,
    Sa pureté,
    Le cœur de l’artisan bat.
    Ne nous y trompons pas:
    Quand nous le considérons,
    Et nous réjouissons.
    Par son travail bien fait,
    Son chef d’œuvre accompli,
    L’artisan, l’artiste
    A conquis ses lettres de noblesse
    – Et que personne ne s’en blesse! –
    Son immortalité…

    • arbrealettres said

      Merci Mireille pour ton commentaire Poétique
      Oui les meubles d’autrefois nous faisaient et nous font rêver
      car ils ont une âme et c’est sans doute en partie celles de leur « Père »
      et aussi celles de tous ces anciens vivants qui ont caressé leur bois
      qui est tout sauf mort!
      ((-:

  2. Lara said

    Un grand classique d’Arthur , ( dans les Cahiers de Douai) , écrit en 1870 alors qu’il avait 16 ans !! ..:-))

    J’adore ce  » tu bruis .. »

  3. A reblogué ceci sur Maître Renard.

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :