Arbrealettres

Poésie

Les jours de pluie (Heather Dohollau)

Posted by arbrealettres sur 6 octobre 2016



Les jours de pluie le poids du chat
Est plus lourd sur mon bras
La lumière est pâle et si les oiseaux chantent
Les notes éparses s’attaquant à la distance
Sont happées par le vide entre les arbres
Sans le liant du soleil les choses retombent
Loin en elles-mêmes et comme du fond d’un puits
Renvoient un bruit de chute par le cercle des murs

Et par quelle corde se hisser jusqu’au bleu ?

(Heather Dohollau)

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :