Arbrealettres

Poésie

ABSENCE (César Vallejo)

Posted by arbrealettres sur 12 octobre 2016



ABSENCE

Absence ! Le matin où je partirai
plus loin que le loin, vers le Mystère,
comme poursuivant une inéluctable raie,
tes pieds glisseront jusqu’au cimetière.

Absence ! Le matin où sur la plage
de la mer d’ombre et de l’empire muet,
je partirai tel un oiseau lugubre,
un caveau blanc ta captivité sera.

La nuit en tes regards sera chue ;
et tu souffriras, et tu revêtiras alors
de pénitentes blancheurs mortifiées.

Absence ! Et dans tes souffrances mêmes,
parmi la plainte de l’airain, devra s’enfoncer
une meute de remords.

***

AUSENTE

Ausente! La mañana en que me vaya
más lejos de lo lejos, al Misterio,
como siguiendo inevitable raya,
tus pies resbalarán al cementerio.

Ausente! La mañana en que a la playa
del mar de sombra y del callado imperio,
como un pájaro lúgubre me vaya,
será el blanco panteón tu cautiverio.

Se habrá hecho de noche en tus miradas;
y sufrirás, y tomarás entonces
penitentes blancuras lanceradas.

Ausente! Y en tus propios sufrimientos
ha de cruzar entre un llorar de bronces
una jauria de remordimientos!

(César Vallejo)

Illustration: Caspar David Friedrich

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :