Arbrealettres

Poésie

Le gardien du sol (Edmond Jabès)

Posted by arbrealettres sur 13 octobre 2016



J’ai de grands rires en réserve
tombereau d’oubli
des écrins d’insomnie aux fleurs noires décapitées

J’ai ta bouche que mes mots dessinent
(les mots que tu me destines)

J’ai tes mains alliance de hasard du ciel et de la terre
dont je t’ai enseigné la gravité

Ô mon amour
couleur de chevilles dans l’herbe épaisse du réveil
couleur de chenille à l’heure ensoleillée de la mort

Dans l’anonymat des dortoirs
le mot est ivre de ses miroirs
Les larmes se tiennent debout sourdes lampes

Le monde à l’envers le monde solitaire
ont une joue commune pour dormir

(Edmond Jabès)

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :