Arbrealettres

Poésie

CE CÔTÉ-LA (André Velter)

Posted by arbrealettres sur 14 octobre 2016



femme-marchant-sur-le-sabe

CE CÔTÉ-LÀ

C’était sortir des éclairs plein les poings
La tête à l’abordage
Il y avait un nuage
Et tu ne disais rien
Sur le sable une brûlure semblait te précéder

L’ombre allait et fuyait au gré d’une guitare
Une énigme peut-être
Un effleurement d’âme et de feu
Ou une survivance andalouse
Remontant le cours des temps jusqu’au désert de Thar

J’ai posé une main sur la nuit
Pour tenir ton odeur
Contre ma ligne d’insouciance
Et c’était déjà sans retour
Dans ce château de paille tombé aux oubliettes

L’insomnie était douce avec ses liens de feutre
Avec ses sangles d’aube
Il y avait de ce côté-là
Un va-et-vient très libre et dérivant
De torchère enflammée au fond des océans

J’ai pensé aux heures arides
Au vertige en lieu de source
À ce qu’on dit du calme avant les tempêtes
Et à ce rendez-vous flagrant
Qui ne fut jamais pris

(André Velter)

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :