Arbrealettres

Poésie

Femme (Federico Garcia Lorca)

Posted by arbrealettres sur 16 octobre 2016


Je sens
que brûle dans mes veines
le sang,
flamme rouge qui consume
les passions dans mon coeur.

Femmes, versez de l’eau,
par pitié.
Lorsque tout s’embrase,
quelques étincelles seulement
s’envolent au vent.

Le front vers la terre, l’esprit au ciel,
je marchais, je marchais,
lançant ma vie en quête d’un désir
sur le sentier du temps.
Et près d’un chemin gris
je vis une venelle en fleur
et une rose
de lumière, pleine de vie
et de douleur.
Femme, fleur éclose du jardin,
les roses sont ainsi que ta chair vierge
avec leur senteur ineffable et subtile
et leur nostalgie de tristesse.

(Federico Garcia Lorca)

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :