Arbrealettres

Poésie

Sur la terre où les jours se confondent (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 20 octobre 2016



 

Sur la terre où les jours se confondent,
tremblant de revoir une fleur,
j’écrase le sang de mon coeur
dans les dures parois de ce monde.

J’abandonne à la nuit les délices
près des bords entrevus les yeux clos;
pour maîtriser le temps qui glisse,
le sable est semé de pavots.

A demain, tendre jour, à demain!
Reste jeune en dormant sous la rive
j’emporte la flamme encor vive
à l’abri de mes fidèles mains.

Voyageur avare et rétif,
le front sur le flot qui s’approche,
je cherche le pays des roches,
des derniers grondements captifs.

(Jean Tardieu)

Illustration: Jim Warren

 

Une Réponse to “Sur la terre où les jours se confondent (Jean Tardieu)”

  1. […] fleurs  – Langage médiéval (1) – Langage médiéval (2) – 4 premiers vers du poème de Jean […]

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :