Arbrealettres

Poésie

Archive for 21 octobre 2016

LES JOURS (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 21 octobre 2016




LES JOURS

Dans une ville noire entraînée par le temps
(toute maison d’avance au fil des jours s’écroule)
je rentrais, je sortais avec toutes mes ombres.
Mille soleils montaient comme du fond d’un fleuve,
mille autres descendaient, colorant les hauts murs;
je poursuivais des mains sur le bord des balcons;
des formes pâlissaient (la lumière est sur elle)
ou tombaient dans l’oubli (les rayons ont tourné).
Les jours, les jours… Qui donc soupire et qui m’appelle,
pour quelle fête ou quel supplice ou quel pardon ?

(Jean Tardieu)

Illustration: Vincent Van Gogh

 

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

LE CAP (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 21 octobre 2016



 


LE CAP

Dans la contrée où l’âme est profonde,
je vins pour la première fois,
triste et seul, à l’âge où le monde
me sépara de vous et de moi.

D’étranges feux dans l’air grimaçaient,
mais les sources coulaient pour l’espérance
et tendre tendre était l’impatience
des fruits tombant dans les vergers secrets.

J’entrai, nageant sous les grands nuages,
à jamais loin des tranquilles jours;
là-haut, les traits des chers visages
m’abandonnaient à chaque détour.

Quelle nuit tout à coup, mais quel espace!
je reconnus la voix de toujours
qui pour moi demeure et par moi passe
et quelle puissance, loin de l’amour!

Je laissais mourir et renaître
et mourir encor la clarté
moi, je creusais mon obscurité
et j’apprenais à ne plus être.

Cependant, on murmurait : « L’ombre
va l’engloutir! » Ah! j’entends le vent
répondre par les feuilles sans nombre :
« Cet homme a franchi les postes du temps! »

(Jean Tardieu)

Illustration: Arthur Braginsky

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Toujours (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 21 octobre 2016



Toujours dans l’autre chambre elle résonne,
cette voix basse à travers la cloison;
elle juge, condamne, – et puis pardonne
un crime étrange aux profondes raisons.

Je ne sais pas si c’est moi le coupable,
je ne sais pas si la voix porte un nom.

(Jean Tardieu)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

UN CHEMIN (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 21 octobre 2016


 


 

chemin 20090424_144127_ [1280x768]

UN CHEMIN

Un chemin qui est un chemin
sans être un chemin
porte ce qui passe
et aussi ce qui ne passe pas
Ce qui passe est déjà passé
au moment où je le dis
Ce qui passera
je ne l’attends plus je ne l’atteins pas
Je tremble de nommer les choses car chacune prend vie et meurt à l’instant même où je l’écris.
Moi-même je m’efface comme les choses que je dis dans un fort tumulte de bruits, de cris.

(Jean Tardieu)

Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

La Môme néant (Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 21 octobre 2016



La Môme néant

Quoi qu’a dit ?
– A dit rin.

Quoi qu’a fait ?
– A dit rin.

A quoi qu’a pense ?
– A pense à rin.

Pourquoi qu’a dit rin ?
Pourquoi qu’a fait rin ?

Pourquoi qu’a pense à rin ?
– A’xiste pas.

(Tardieu)

Illustration: Marie-Paule Deville Chabrolle

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | 2 Comments »

JOURS PÉTRIFIÉS (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 21 octobre 2016



JOURS PÉTRIFIÉS

Les yeux bandés les mains tremblantes
trompé par le bruit de mes pas
qui porte partout mon silence
perdant la trace de mes jours
si j’attends ou me dépasse
toujours je me retrouve là
comme la pierre sous le ciel.

Par la nuit et par le soleil
condamné sans preuve et sans tort
aux murs de mon étroit espace
je tourne au fond de mon sommeil
désolé comme l’espérance
innocent comme le remords.

Un homme qui feint de vieillir
emprisonné dans son enfance,
l’avenir brille au même point,
nous nous en souvenons encore,
le sol tremble à la même place,

le temps monte comme la mer.

(Jean Tardieu)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 5 Comments »

La réalité de notre monde (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 21 octobre 2016



 

Comme les rayons issus d’une puissante source,
la réalité de notre monde s’affaiblit et se perd à mesure qu’elle s’éloigne de nous.
Ma main qui soulève un marteau tient le réel,
mais mon regard, élevé jusqu’aux lieux les plus hauts de la nuit,
n’atteint que des Idées, des Fantômes, un fuyant déferlement de songes
qui va mourir au bord de ce qui n’est pas.

(Jean Tardieu)

Illustration: Fan Ho

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un rêve étonnant (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 21 octobre 2016



 

Un rêve étonnant m’environne :
je marche en lâchant des oiseaux,
tout ce que je touche est en moi
et j’ai perdu toutes limites.

(Jean Tardieu)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Tout est déjà mémoire (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 21 octobre 2016



 

Alexander Anufriev   (16)

tout est déjà mémoire
au front calme des dieux

(Jean Tardieu)

Illustration: Alexander Anufriev

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Quand la nuit de mon coeur descendra dans mes mains (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 21 octobre 2016




Quand la nuit de mon coeur descendra dans mes mains
et de mes mains dans l’eau qui baigne toutes choses
ayant plongé je remonterai nu
dans toutes les images :
un mot pour chaque feuille un geste pour chaque ombre
« c’est moi je vous entends c’est moi qui vous connais
et c’est moi qui vous change. »

(Jean Tardieu)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »