Arbrealettres

Poésie

Archive for 27 octobre 2016

Le léopard (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 27 octobre 2016



leopard

Le léopard

Si tu vas dans les bois,
Prends garde au léopard.
Il miaule à mi-voix
Et vient de nulle part.

Au soir, quand il ronronne,
Un gai rossignol chante
Et la forêt béante
Les écoute et s’étonne,

S’étonne qu’en ses bois
Vienne le léopard
Qui ronronne à mi-voix
Et vient de nulle part.

(Robert Desnos)

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce verre brisé (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 27 octobre 2016



Ce verre brisé sur la table
A son histoire, sa petite histoire comme vous et moi.
D’abord c’était un verre à pied
Un verre qui n’a pas trouvé chaussure à son pied.
Dans les temps, il fut perdu dans un terrain vague.
Il ne s’emplissait que d’eau pure des pluies,
D’eau à vrai dire souillée par tous les immondices
De l’air et du ciel de la ville.
Un vagabond trouva le verre
et but un soir du vin dans ce verre
et mourut devant ce verre
et mourant brisa ce verre.
Mais il est d’autres verres semblables à celui-ci
il y a d’autre vin à boire dans des verres semblables à celui-ci
Il est, par les routes du monde
Il est d’autres vagabonds.

(Robert Desnos)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sirène (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 27 octobre 2016



 

Sirène

Il n’était pas une fois
un beau château au centre d’un désert
nul ne tentait d’en franchir l’accès
dans un bassin
y nageait une sirène

Il n’était pas une fois
ou plutôt si Il était il était une fois
Il est encore au centre du désert
derrière les hauts murs
une sirène nageant dans un bassin

Solitude silence eau sans clapotis
Rien ne viendra-t-il troubler
la nage régulière de la sirène

C’est elle immuable qui nécessite
Le mouvement des aiguilles sur les cadrans
C’est elle qui règne sur la respiration
Sur celle des amants et celle des dormeurs

Sur celle de celui qui rêve
Sur celle de celui qui aime
Sur celle de l’amante éperdue

Voici que l’orage se lève dans son uniforme d’encaisseur
Enjambe l’horizon
Se brise aux monts
Et dans la splendeur de l’arc-en-ciel
Se dérobe en un fleuve odorant
Se brise aux piles du prisme des couleurs

Sur la campagne agenouillée
Dans ce fleuve au bon parfum
Voici que nage la sirène
Immense dans le ciel à marée haute
Elle passe au-dessus des champs
au-dessus des villes

L’éclat de ses écailles est celui de l’éclair
Sa queue d’un mouvement lent
balaie les nuages

Le paysage retourne au soleil
La sirène à son palais lointain

Tout cela peut se voir
Quand l’orage gronde
Quand il s’enfuit sous l’arc-en-ciel

Mais il est d’autres orages
Il est des paysages du coeur
Il est d’autres sirènes.

(Robert Desnos)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Jadis un coeur battait dans cette poitrine (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 27 octobre 2016



 

Dina Shubin  (9) [1280x768]

Jadis un coeur battait dans cette poitrine

Il ne battait que pour elle
Le coeur bat toujours mais on ne sait plus pourquoi

Celui-là a clos ses lèvres à jamais
Il ne dit plus Il ne dira jamais plus
le mot amour

Peut-être le coeur bat -il toujours pour elle
Il bat sûrement encore pour elle
Mais il bat dans le silence

Ce doit être une triste nuit
Que la nuit de celui-là
Qui écoute battre son coeur

Il l’écoute il bat comme aux grands jours
Comme aux jours délicieux
Comme aux jours d’illusion

Mais l’amour n’a plus le droit de se révéler
Par la parole de ce veilleur acharné
Obstiné à aimer et à souffrir

Et si elle aussi a un ooeur
Un soir elle viendra à pas de loup
Fermer ces yeux qui fixent son image dans l’obscurité

Et mettre sur le silence de cet amour
Le silence immense et sifflant du sommeil
Mais alors elle apparaîtra dans un rêve
Et tout sera à recommencer.

(Robert Desnos)

Illustration: Dina Shubin

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’aime toutes les couleurs (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 27 octobre 2016



 

Kazuya Akimoto _diamond_400

J’aime toutes les couleurs

Quelle couleur aimez-vous:
le bleu le vert le rouge
le jaune qui saute aux yeux
le violet qui endort?

– J’aime toutes les couleurs
parce que mon âme est obscure.

(Jean Tardieu)

Illustration: Kazuya Akimoto

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :