Arbrealettres

Poésie

Je suis inquiet, assoiffé d’infini (Rabindranath Tagore)

Posted by arbrealettres sur 1 novembre 2016



 

Je suis inquiet, assoiffé d’infini.
Mon âme s’épuise en son désir d’atteindre aux sphères inconnues.

O Grand Au-delà! le pénétrant appel de ta flûte!
J’oublie, j’oublie toujours que je n’ai pas d’ailes pour voler,
que je suis indissolublement rivé à ma place ici-bas.

Anxieux, je ne puis trouver le sommeil.
Je suis un étranger en un pays étrange.
Ton souffle m’arrive, murmurant un impossible espoir.
Ton langage est proche de celui de mon coeur.

O Grand Lointain, le pénétrant appel de ta flûte!
J’oublie, j’oublie toujours que j’ignore le chemin,
que je n’ai pas de coursier ailé.

Je suis inattentif, vagabond en mon propre coeur.
Dans la brume ensoleillée des heures languides,
quelle immense vision de Toi se dessine sur le bleu du ciel!

O Être suprêmement lointain, le pénétrant appel de ta flûte!
J’oublie, j’oublie toujours que dans la maison où je vis seul,
toutes les grilles sont fermées.

(Rabindranath Tagore)

Illustration: Gao Xingjian

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :