Arbrealettres

Poésie

Les rayons de la roue convergent au moyeu (Lao Tseu)

Posted by arbrealettres sur 2 novembre 2016



roue-konark_sun_temple

Les rayons de la roue
convergent au moyeu.
Ils convergent vers le vide.
Et c’est grâce à lui
que le char avance.
Un vase est fait d’argile
mais c’est son vide
qui le rend propre à sa tâche.
Une demeure est faite de murs
percés de portes
et de fenêtres,
mais c’est leur vide
qui la rend habitable.
Ainsi,
l’homme construit des objets,
mais c’est le vide
qui leur donne sens.
C’est ce qui manque
qui donne
la raison d’être.

(Lao Tseu)

 

 

2 Réponses to “Les rayons de la roue convergent au moyeu (Lao Tseu)”

  1. Lara said

    Vive le vide !;-)

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :