Arbrealettres

Poésie

Chanson pour le sein crucifié d’une nonne (Edmond Jabès)

Posted by arbrealettres sur 9 novembre 2016



On avait défendu aux fleurs l’entrée du couvent.
On ne peut rien contre une rose.
Une nonne la cultivait au secret.
Mais où, mais comment?
Quand on lui déchira la robe,
sœur Anne était en sang.
On effeuilla ses seins.
Elle priait nue, ses lèvres mortes.
Et deux colombes, ses mains jointes.
 » Sœur, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir?  »
 » Je vois – répondit la terre – une rose jusqu’au toit  »
car, – mais ne l’aviez-vous pas deviné? –
pour étouffer le scandale, on avait
enterré la pécheresse en sandales.

(Edmond Jabès)

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :