Arbrealettres

Poésie

Archive for 10 novembre 2016

Message troublant (Georges Sédir)

Posted by arbrealettres sur 10 novembre 2016


Message troublant

Sur un mur de métro, sur un bout de journal
déchiré, sur un vieux programme
quelques lignes. Lues de travers, hâtivement.

La phrase est mutilée, ces mots n’ont pas de sens
ou en ont trop. Leur voisinage
surprend. Naît une image étrange.

Parmi les je-sais-tout et les trop sûrs d’eux-mêmes
certains, qui lurent au hasard, ont éprouvé
un bref malaise, un dégoût vague
un choc troublant leur inconscience
– galet lancé dans leur eau tiède.

D’autres qui pensaient n’être rien
respirent mieux, vivent plus haut
et redressent la tête, épurés, délivrés
comme si remontaient de l’abîme un pardon,
un réconfort, un évangile, une promesse.
Pour eux les mots réconciliés sont harmonie
et signe.

Tous avaient sans la reconnaître
touché la poésie. Tous en furent brûlés.

(Georges Sédir)

Illustration: Henri Matisse

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Ici pourtant, c’est le silence (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 10 novembre 2016



Ici pourtant, c’est le silence,
bien que le silence parfois fasse peur
par les nuits de sommeil pendues
sur des cimes irrespirables,
où l’on s’éveille dans la neige noire,
où la muraille soudain s’effondre,
où l’on tend la main sous le drap
à travers des espaces de sable froid
vers ce corps invisible qui respire
– peut-être le vent qui respire ou une bête? –
vers cette chose ténébreuse qui respire
derrière le silence et la neige.

Et c’est enfin la rive d’une hanche,
un souffle, un nom, un lieu d’ancrage.

La nuit pacifiée reprend son juste cours.

(Jean Joubert)


Illustration: Pascal Renoux

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Matin d’été (Pensées celtiques)

Posted by arbrealettres sur 10 novembre 2016



 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Matin d’été

C’est un matin d’été. J’ai les yeux ouverts.
Le soleil est radieux : je vois des nuages galoper dans le ciel,
Des oiseaux dans les airs, des fleurs dans la prairie,
Des abeilles dans les fleurs, des vaches qui broutent l’herbe.

C’est un matin d’été. J’ai les yeux fermés.
Le soleil est chaud : j’entends des oiseaux chanter,
Des abeilles bourdonner, des vaches mastiquer.
Je sens du vent sur ma joue, je respire des fleurs sous mes pas.

Tous mes sens sont éveillés :
Merci à Dieu pour la beauté !

(Pensées celtiques)

Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Veilles-tu, ma senteur de soleil (Charles Van Lerberghe)

Posted by arbrealettres sur 10 novembre 2016



 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Veilles-tu, ma senteur de soleil,
Mon arôme d’abeilles blondes,
Flottes-tu sur le monde,
Mon doux parfum de miel ?

La nuit, lorsque mes pas
Dans le silence rôdent,
M’annonces-tu, senteur de mes lilas,
Et de mes roses chaudes ?

Suis-je comme une grappe de fruits
Cachés dans les feuilles,
Et que rien ne décèle,
Mais qu’on odore dans la nuit ?

Sait-il, à cette heure,
Que j’entr’ouvre ma chevelure,
Et qu’elle respire ;
Le sent-il sur la terre ?

Sent-il que j’étends les bras,
Et que des lys de mes vallées
Ma voix qu’il n’entend pas
Est embaumée ?

(Charles Van Lerberghe)

Illustration: Duy Huynh

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Des colliers ornés de soleils et de lunes (Pascal Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 10 novembre 2016





Des colliers ornés de soleils et de lunes

Rien ne me guidait dans l’errance sauf
ce que je savais tirer du silence
des colliers ornés
de soleils et de lunes.

(Pascal Boulanger)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 2 Comments »

Rien ne change (Paul-Jean Toulet)

Posted by arbrealettres sur 10 novembre 2016



Ne crains pas que le Temps sçache les cieux briser ;
Ni qu’en ses mains varient les fleurs ou les Empires.
Rien ne change. Le même lys tu le respires
Qu’autrefois Cléopâtre, — et le même baiser.

(Paul-Jean To ulet)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

J’apprivoise le Feu (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 10 novembre 2016



J’apprivoise le feu,
dans l’âtre je l’enserre,
je l’attise, le dénoue

sur le lit de braise vive
où se tord la chevelure
des flammes inapaisées,

et il monte de la sève
un bruit d’eau, un bruit de lèvres,
la promesse d’un baiser.

Si la bûche se fissure,
dans son ardente blessure
s’éveille un parfum d’amour.

Ouvre-toi, feu, et respire
ce qu’il reste de désir
dans la fatigue du jour.

(Jean Joubert)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’aube (Lucie Albertini)

Posted by arbrealettres sur 10 novembre 2016



L’aube
Exhale le rêve,

La transparence
L’aspire.

Voici du jade
Et voici la flamme.

Ils parent
La jeune fille.

(Lucie Albertini)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quand le flux de la nuit me coule sur les lèvres (Jules Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 10 novembre 2016



 

Quand le flux de la nuit me coule sur les lèvres
Me couvrant le menton avec un sang tout noir,
Lentement soulevé par le boeuf du sommeil,
Je sens tourner en moi l’axe de mon regard.
J’entre dans le champ clos de ma chair attentive
Au pays qui respire et qui bat sous ma peau.
Mes os sont les rochers de ces plaines rétives
Où pousse une herbe rare appelée arlisane,
Et comme un voyageur qui arrive de loin
Je découvre en intrus mon paysage lointain.

(Jules Supervielle)

Illustration: Marina Podgaevskaya

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SILENTIUM (Ossip Mandelstam)

Posted by arbrealettres sur 10 novembre 2016



SILENTIUM.

Elle n’est pas encor née,
Elle est musique et mot et
De tout ce qui est vivant
Le lien qu’on ne peut rompre.

Les seins de la mer respirent,
Comme insensé le jour brille,
Lilas pâle de l’écume
Et terne vase d’azur.

Mes lèvres vont retrouver
Le mutisme premier,
La note cristalline
Pure de toute origine !

Écume Aphrodite, demeure,
Mot, retourne à la musique,
Coeur, au principe des choses
Uni, te tienne la pudeur.

***

SILENTIUM.

Она еще не родилась,
Она и музыка п слово,
И потому всего живого
Ненарушаемая связь.

Спокойно дышать моря груди,
Но, какъ безумный, свiтелъ день
И пiны бл’дная сирень
Въ мутно-дазоревомъ сосуд.

Да обр’тутъ мои уста
Первоначальную нtмоту —
Какъ кристаллическую ноту,
Что отъ рожденгя чиста.

Останься мной, Афродита,
И слово въ музыку вернись,
И сердце сердца устыдись,
Съ первоосновой жизни слито.

(Ossip Mandelstam)


Illustration: Giovanni Antonio Pellegrini

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :