Arbrealettres

Poésie

J’apprivoise le Feu (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 10 novembre 2016



J’apprivoise le feu,
dans l’âtre je l’enserre,
je l’attise, le dénoue

sur le lit de braise vive
où se tord la chevelure
des flammes inapaisées,

et il monte de la sève
un bruit d’eau, un bruit de lèvres,
la promesse d’un baiser.

Si la bûche se fissure,
dans son ardente blessure
s’éveille un parfum d’amour.

Ouvre-toi, feu, et respire
ce qu’il reste de désir
dans la fatigue du jour.

(Jean Joubert)


Illustration

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :