Arbrealettres

Poésie

L’Attente (Rilke)

Posted by arbrealettres sur 12 novembre 2016



L’Attente

C’est la vie au ralenti,
c’est le cœur à rebours,
c’est une espérance et demie:
trop et trop peu à son tour.

C’est le train qui s’arrête en plein
chemin sans nulle station
et on entend le grillon
et on contemple en vain

penché à la portière,
d’un vent que l’on sent, agités
les prés fleuris, les prés
que l’arrêt rend imaginaires.

(Rilke)

4 Réponses vers “L’Attente (Rilke)”

  1. joli !!!

  2. Sa Majesté ralentie
    Semble marcher à rebours ;
    Ni l’Empire, ni sa vie
    Ne font frémir son coeur lourd.

    L’ennemi est dans la plaine ;
    La cour, en admiration
    Pour le chant d’un noir grillon,
    Ne fait que des choses vaines.

    Un temps pour tout, sur la Terre :
    Pour danser, pour s’agiter,
    Pour transpirer, pour chanter,
    Pour aller au cimetière.

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :