Arbrealettres

Poésie

L’aube s’ouvre aussi (Jean Mambrino)

Posted by arbrealettres sur 14 novembre 2016



L’aube s’ouvre aussi

L’aube s’ouvre aussi
sur les larmes
une tristesse
un ruissellement irrésistibles
l’effacement absolu des choses
des pensées
car le regard heurte ces larmes
sans issue

nulle trouée dans le coeur
ni dans les pins
le ciel d’un blanc obscur
suinte sur les feuillages
qui s’enfoncent à l’infini
parmi la brume
le coeur aussi seul
irrémédiablement définitivement
seul
que le pépiement de cet oiseau
perdu dans le brouillard

ce n’est pas un chant
pas même un appel
juste un faible cri
au milieu de l’abîme du monde

il ne saura jamais qu’un coeur
l’a recueilli.

(Jean Mambrino)

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :