Arbrealettres

Poésie

Heure d’automne (Albert Lozeau)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2016



Heure d’automne

Interminablement, en file monotone,
Passent par le ciel froid les nuages d’automne.
Dans les branches le vent souffle plaintivement,
Et les arbres sont pris d’un long frissonnement.
Aux rameaux presque nus les feuilles se détachent,
Les feuilles, où l’été, les doux oiseaux se cachent,
Qui font des palais verts et frais à leurs amours, –
Les belles feuilles d’or s’envolent tour à tour…
Tristesse de ce gris dont s’emplit tout l’espace !
Comme ce lourd nuage, une heure lente passe,
Une heure qui se traîne et dont le cœur est las,
Sombre, dolente et morne, et qui ne finit pas…

(Albert Lozeau)

 Illustration: Claude David

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :