Arbrealettres

Poésie

Le métro (Hannah Arendt)

Posted by arbrealettres sur 21 novembre 2016



metro-jaune

Le métro

Débouchant des ténèbres,
Ondulant il entre dans la clarté,
Rapide et téméraire,
Grêle et possédé
De forces humaines.
Tissant attentivement
Des chemins établis,
Flottant indifférent
Au-dessus de l’affairement,
Rapide, grêle et possédé
De forces humaines
Dont il n’a que faire,
Se coulant dans les ténèbres,
Au courant de l’au-dessus,
Un animal jaune
En vol se tortille.

***

Die Untergrundbahn

Aus Dunkel kommend,
Ins Helle sich schängelnd,
Schnell und vermessen,
Schmal und besessen
Von menschlichen Kräften,
Aufmerksam webend
Gezeichnete Wege,
Gleichgültig schwebend
Über dem Hasten,
Schnell, schmal und besessen
Von menschlichen Kräften,
Die es nicht achtet.
Ins Dunkle fliessend,
Urn Oberes wissend
Fliegt es sich windend
Ein gelbes Tier.

(Hannah Arendt)

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :