Arbrealettres

Poésie

Archive for 25 novembre 2016

En chemin vers l’inconnu (Lorand Gaspar)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2016



oui

en chemin vers l’inconnu
humain trop humain bien sûr
je puis tout de même aimer
serrer cette chose claire
tant que je peux dans ma nuit
aimer quand même dire oui
à une herbe à un caillou
à l’esprit au corps humains
cherchant un peu de lumière
malgré l’horreur la folie
« oui » comme une lampe au soir

(Lorand Gaspar)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

On ne connaît jamais la distance exacte (Hélène Dassavra)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2016



on ne connaît jamais la distance exacte
entre soi et la rive
ni à quel moment la vie vous échoue
sur les plages
de votre mer intérieure

(Hélène Dassavra)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Illustration: ArbreaPhotos  

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Terre (Fabrice Farre)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2016



Terre

La solitude est un pays d’orange
au profil amer, aux arbres droits
annoncés dans l’air avant d’apparaître.
On repart sans cesse du caillou à fleur de terre,
on s’enfonce souvent dans la parole insulaire
avec le mot retenu
pour quelqu’un qui n’est pas encore arrivé.

(Fabrice Farre)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Être (Serge Basso de March)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2016



Être

Être
dans ce balancement du temps qui se dévide
dans ce ruban fragile
tendu jusqu’à l’ultime

Debout à vouloir le chemin
dans cette lucidité des orages et des feux

Être
dans cette avidité au goulot des secondes
à regarder la mort jusqu’au fond de ses os

(Serge Basso de March)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Assise sur l’air du temps (Bernadette Bodson)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2016



Assise sur l’air
du temps

A écouter croître les cheveux
des comètes

Je t’attendais
Depuis longtemps

(Bernadette Bodson)

Illustration: Alfons Mucha

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Au-dessus des remparts (André Frénaud)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2016



sein-800x600

Au-dessus des remparts
où le soleil couchant éparpille sa bouche énorme
entre les orangers,

toi, tout à l’heure,
tu laisseras monter tes seins dans mes paumes
pour dorer notre nuit

(André Frénaud)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je me déborde (André Frénaud)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2016



Je me déborde,
inachevé.

Je me dénombre,
impossible.

(André Frénaud)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Des signatures anonymes prolifèrent (André Frénaud)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2016



Des signatures anonymes prolifèrent,
et, parmi elles,
est-ce mon nom que je voudrais découvrir,
l’appel qui dut bien un jour m’être adressé,
même s’il ne fut pas entendu…

(André Frénaud)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans les fourrés de ma parole (André Frénaud)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2016



Dans les fourrés de ma parole,
parfois j’ai distingué ma voix
[…]

Dans l’effarouchement de ma voix,
J’ai reconnu un son plus clair.
[…]

C’est la voix de l’autre, c’est toi.

Sais-tu ce qu’il t’a murmuré ?
De lui tu n’auras rien de plus.

(André Frénaud)

Illustration: Chantal Dufour

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ET : SCHUBERT (Aïgui)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2016



 


ET : SCHUBERT

la douleur
de toi
apparaissait : par les lieux d’éclaircie
en la jeune chênaie ! comme net en ton âme
cet azur aurait pu retentir !
« musique » me disait-on
j’entendais — quand elle ne retentissait pas :
elle était mon silence !
plus tard j’ai su — au-delà d’elle
par la douleur s’éclaire une telle :
tout comme si — en réponse — s’éclaircissait
par le tourment : Notre Seigneur ! — et par nous
en tristesse demandé — pour nous
en Sa douleur s’apaise

(Aïgui)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :